À Toulouse, un troisième radar de feu sera mis en fonctionnement dans la nuit du 1 au 2 février 2010. Installé et expérimenté depuis quelques temps à l’intersection de l’avenue Jean-Chaubet et de la rue de l’Ayga, en direction du périphérique toulousain, il flashera cette fois-ci pour de bon.
Il vient s’ajouter aux radars de l’avenue de Fronton et de la route de Saint-Simon.

Le but est d’épingler les contrevenants ne respectant pas les feux rouges. Selon la préfecture, 9 accidents corporels ont eu lieu à cet endroit durant la période allant de 2004 à 2008.

Le fonctionnement est simple. Une ligne pointillée est matérialisée sur la chaussée ; dès qu’un véhicule dépasse cette zone, il est flashé une première fois. S’il ne s’arrête pas et continue à s’engager dans le carrefour, il est flashé une seconde fois.

Et ça peut coûter cher ! Le résultat est quatre points de permis de conduire en moins et un PV de 4e classe : soit 135 € d’amende forfaitaire, minorée à 90 € pour un paiement dans les 15 jours, ou
majoré à 375 € pour un paiement après 45 jours.

Publicité
Publicité