En images

visuel visuel

En effet, il est évident que si, poussés par une sur-répression axée sur les deux-roues en stationnement non-gênant sur les trottoirs, les motos et scooters finissent garés sur la chaussée, ça fera moins de places pour les voitures !

La démonstration a fonctionné : ne serait-ce qu’en prenant une cinquantaine de places de voitures, sur un bout de rue, tout était bouleversé : voitures en double file, manque de place et anarchie. Une preuve de plus à l’attention de la Mairie de Paris et la Préfecture de Police que les deux-roues doivent être garés sur les trottoirs, comme cela se fait avec succès dans Barcelone et comme cela était prévu par un écrit du Préfet de 1994.
- Une délégation a ensuite été reçue par la direction d’un grand magasin (non cité), à qui la FFMC-PPC a expliqué quel était l’enjeux pour eux : problème de stationnement des salariés et des clients (deux-roues et voitures) d’où une baisse de fréquentation.
- Si ce grand magasin a reconnu qu’il était impliqué dans la répression des deux-roues, il s’est dit préoccupé par ce problème. Aussi, ce magasin a bien compris nos revendications dont il fera part aux autorités publiques et aux autres commerçants.
- Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de l’avancée.
Devant le succès de cette opération, la FFMC-PPC appellera très prochainement à de nouvelles actions. Il n’est en effet pas tolérable qu’autant de personnes bien garées soient verbalisées ou voient leur véhicule emmené en fourrière.

Consultez aussi : FFMC 75

F. Vidal

Publicité

Commentaire (0)

Publicité