En images

Mission parlementaire oct. 2011 : majorité et opposition Mission parlementaire oct 2011 : présentation

Pour les usagers qui auraient la mémoire courte, le contrôle technique auto avait été mis en place avec le même but initial : assurer le bon état du véhicule lors de sa revente du véhicule. Il y a fort à parier que celui du deux-roues prenne le même chemin s’il est imposé : une visite régulière, revente ou non.

A côté de la plaque

Afin de faciliter l’identification des machines, la taille des plaques d’immatriculation sera augmentée (format 20 cm de large sur 18 cm de haut). Le format retenu est similaire aux nouvelles plaques allemandes, nos voisins d’outre-Rhin ayant décidé de réduire légèrement la taille des leurs.

L’interfile toujours en réflexion

La mission propose également d’engager une réflexion sur la circulation interfilaire des deux-roues motorisés, en concertation avec les usagers.

ABS pour tous

Concernant l’ABS, la mission propose qu’il soit rendu obligatoire sur tous les 125 cm3 et plus, en première monte, à compter du 1er janvier 2013.

50 km/h pour les cyclos

Pour les cyclomoteurs, la mission propose que leur vitesse passe de 45 km/h à 50 km/h, pour faciliter l’insertion dans la circulation (l’augmentation de la vitesse des cyclos est une mesure demandée par la FFMC). Mais en contrepartie, les systèmes anti-débridage seront renforcés, avec pour les contrevenants la confiscation des machines débridées.

Norme équipement

Le rapport propose d’édicter une norme d’équipements obligatoires pour les conducteurs de deux-roues motorisés, avec à la clé une réduction de la prime d’assurance. Des campagnes en faveur du port du casque intégral, de gants et d’une tenue adaptée pourraient voir le jour.

La mission encourage également la poursuite des études de mise au point des dispositifs de type « blouson airbag ». Et pour finir, prévoir que le permis A ne soit accessible qu’après deux ans d’expérience sur des petites cylindrées.

En l’état, cela ne reste que des propositions à la charge du gouvernement où des prochains de les mettre en application, ou pas. Ceci dit, nous avons l’impression de tourner une nouvelle fois en rond en ce qui concerne la sécurité routière. Très peu de propositions sur la formation, l’éducation, sans compter que les infrastructures routières qui sont pratiquement oubliées, mis à part un audit sur les panneaux et la signalisation.

Chargement du lecteur...

Mesures à la con : la FFMC opposée aux parlementaires

Les députés pour le contrôle technique. Marc Bertrand, chargé de mission sécurité routière à la FFMC rappelle qu’il a été démontré que l’état du véhicule n’était que très rarement en cause (0,3 %) dans les accidents impliquant les 2RM. Donc, sur ce sujet précis, la mission parlementaire a tout faux !

Publicité
Infos en plus
Publicité