En images

Campagne choc : sans tiers identifié... Campagne de la sécurité routière : le patron muté Verdict de l’Observatoire national de SR Sécurité routière : la Campagne moto : une affiche contre l’arsouille…

Focus sur la perte de contrôle

La campagne de ce printemps 2012 est axée sur une sensibilisation particulière : lutter contre la baisse de vigilance quand le motard roule en rase campagne. Selon l’Onisr, 61 % des tués à moto en France en 2010 (432 personnes exactement) se sont tués en rase campagne. 36 % (253) l’ont été en solo, c’est-à-dire sans tiers identifié. Situation classique de perte de contrôle…

Beau temps

Intéressant, l’Onisr a superposé la courbe des jours de beau temps ces 25 dernières années (températures moyennes journalières sur une année), avec celle des tués à moto durant 11 ans (rapportés aux mois de l’année). « Il y a une corrélation parfaite entre les deux courbes », observe Louis Fernique, responsable de l’Onisr. Et d’en conclure que le risque est plus élevé qu’en temps de pluie, par exemple. C’est de la statistique : forcément, par temps de pluie, moins de motards circulent.

Campagne perfectible

Toutefois, ce choix d’orientation sur l’accident en rase campagne s’avère perfectible. Voici pourquoi :

1- Regrettons que la DSCR ait choisi cet angle, et pas celui des tués dans des collisions, qui souligne la nécessité d’un meilleur partage de la route. Sur les 704 morts à moto en 2010, 404 l’ont été dans une collision avec un tiers identifié, et 47 dans une multicollision. Dans 53 % des collisions à deux, le motard n’était pas responsable. Avec une vraie politique d’éducation (et pas seulement une campagne de communication), ce pourcentage pourrait sans doute diminuer. « Le problème complexe, c’est celui de la cohabitation auto-moto », avançait Louis Fernique durant sa présentation. Un problème que la DSCR occulte de fait.

2- « On est sur une hausse très soutenue du parc depuis 1995 », poursuivait Louis Fernique. En effet, tandis que le parc de 2RM en circulation a été multiplié par 6,7 entre 1970 et 2010 (de 0,22 millions à 1,44 million de véhicules) selon l’Onisr, le nombre de tués n’a été pultiplié que par 2,2 (de 327 à 704). C’est toujours beaucoup trop. Mais ces décès soulignent là encore que le problème de cohabitation auto-moto, voire camions-moto, s’accroît avec le parc. Alors, pourquoi ne s’attacher qu’aux accidents survenus sans tiers identifié ?

3- Le représentant de la FFMC, Marc Bertrand, a eu une remarque pleine de bon sens à l’issue de cette présentation : « Si l’on se tue en rase campagne, de jour et par beau temps, seul de surcroît, à quoi sert le brassard rétro-réfléchissant qui devrait être obligatoire en janvier 2013 ? » Vous aussi, débattez de son utilité dans le forum ci-après.

Si la vidéo montre une partie des aléas que nous rencontrons dans la circulation, la Direction de la Sécurité Routière a recours à la caricature en nous montrant un motard à la conduite pour le moins agressive, dommage la crédibilité du propos en pâtie et on ne peut que voir les motards encore une fois stygmatisés… une occasion raté de passer le message "juste" qui vaut pour chaque usager de la route "« … le plus grand danger c’est de penser qu’il n’y en a pas. »

 - 
Publicité
Publicité