Les deux-roues motorisés ?
Par ailleurs, la FFM, avec la FFMC et Moto Magazine, ont commandé un autre sondage auprès de l’institut CSA pour interroger nos compatriotes sur les deux-roues motorisés et la sécurité routière.

Adapter les infrastructures routières aux deux-roues motorisés
57% des Français estiment que le gouvernement n’agit pas suffisamment pour améliorer la sécurité des deux-roues sur les routes françaises. Les infrastructures routières ne sont pas pensées pour les 2RM, et de fait sont très souvent dangereuses pour ce type d’usagers.

Désengorger les agglomérations
Plus de 2 Français sur 3 (69%) s’accordent à dire que les deux-roues motorisés permettent de fluidifier le trafic dans les villes. Ils devraient donc faire l’objet d’une véritable considération de la part des autorités locales, en contribuant à réduire les émissions de gaz d’échappement. A cet égard, la pratique de la circulation entre les files de voiture devrait être légalisée.

Réactions
Pour Jacques BOLLE, président de la FFM, « ces deux sondages démontrent d’une part que l’axe de la répression, largement mis en avant par le gouvernement, a atteint aujourd’hui ses limites. Si l’on veut continuer à voir baisser les chiffres de la mortalité sur les routes, il faut enfin commencer à explorer d’autres voies et notamment celles de la formation ainsi que des infrastructures routières… »

Tandis que pour Philippe Leduncq, membre du bureau national de la FFMC, « le deux-roues motorisé est reconnu par le grand public comme une alternative crédible aux difficultés de circulation. Le parc continue d’ailleurs d’augmenter, de +60% depuis 10 ans. Ce véhicule constitue 15% du trafic dans Paris intra-muros. Pourtant, le deux-roues motorisé reste le grand perdant de la politique de sécurité routière qui empile les mesures répressives… »

Publicité
Infos en plus
Publicité