Essai
Article

Dans le petit monde des scooters 125 dits « GT », il y a les stars du marché, le Yamaha X-Max et le Honda Forza, et les outsiders, comme le fut longtemps le Kymco Dink Street.

La marque taïwanaise a depuis remplacé ce modèle par le 125 Downtown, mais Kawasaki continue d’en exploiter la plateforme d’assemblage, pour le modèle J300 et désormais le J125. Relooké aux standards Kawasaki, le J présente bien et opte pour un regard identique au J300, celui de la ZX-10R.

Comme tout les scooters GT, le Kawasaki J125 dispose d’un pare-brise avant séparé du guidon (un peu court), d’une large selle sous laquelle on trouve un grand coffre (contenant un intégral) et dispose d’un châssis tubulaire avec tunnel central encaissant sans problème les 14 et quelque chevaux du monocylindre 4-temps refroidi par eau (le maximum autorisé par la législation).

Ergonomie : pour les petits
Mais le J125 se démarque par quelques choix bien spécifiques. D’un point de vue ergonomie, ce scooter se veut accessible à tous malgré son poids conséquent (182 kg à sec).

Des écopes ont été découpées dans le plancher au niveau des mollets pour poser facilement les pieds au sol, et la selle relativement creusée (et dure) semble privilégier l’accès aux moins d’1m75. Au-delà de cette taille, les genoux du conducteur sont repliés, ce qui bascule légèrement le haut du corps vers l’arrière. On regrettera l’absence d’une seconde paire de repose-pied au niveau du tablier avant pour étirer ses jambes.

La bulle avant relativement basse offre une protection limitée au torse. Le dessin du carénage n’épargne hélas pas plus le bas des jambes et les pieds.

Partie-cycle : facile et sportive
Lancé dans le trafic, le J125 propose une excellente maniabilité. L’ensemble braque bien à basse vitesse, sans emporter le pilote malgré son poids. A plus haute vitesse sur les grands axes, la partie-cycle reste très précise. Les double amortisseurs arrière réglables en précharge (pour le duo) offrent un bon compromis entre confort et réactivité.

Le scooter est équipé de leviers de frein réglables pour les petites comme pour les grandes mains, et la puissance à l’avant comme à l’arrière est parfaitement dosable. Le freinage avec ABS est confié à deux larges disques et à des étriers à deux pistons, à l’avant et à l’arrière.

Sur les revêtements glissants empruntés lors de notre essai, l’ABS a beaucoup travaillé. On aurait souhaité plus de discrétion dans les retours au levier mais il fait bien son travail et c’est là l’essentiel.

Mauvaises vibrations…
Le moteur répond lui aussi à la demande. Cette mécanique éprouvée s’élance avec sérieux à chaque feu et emmène le conducteur rapidement jusqu’à 90 km/h. Elle atteint son plafond sur autoroute, autour des 110 km/h.

La transmission par courroie est douce et l’injection bien maîtrisée. Seules véritables ombres au tableau : les vibrations, plus importantes que sur ses concurrents, et l’absence d’une option Start and go, pour économiser encore un peu de carburant. La consommation est estimée autour des 3,5 litres/100 km.

Aspects pratiques : à revoir
D’un point de vue pratique, le J125 marque le pas. Son coffre sous la selle peut contenir un casque intégral et un document A4, sans plus, et son accès est limité par la faible amplitude de l’ouverture de selle. Un rangement est intégré au tablier et contient une prise (non USB), mais il ne ferme pas à clé.

Pour le passager en revanche, la selle large offre un réel confort et les solides poignées sont parfaitement placées. On regrette simplement que les pieds ne soient pas mieux protégés en cas d’intempérie.

Verdict
Sans surprise, le Kawasaki J125 est, comme son prédécesseur chez Kymco, un bon scooter. La marque nippone aurait cependant dû travailler un peu plus sur la protection (pieds, tête) et sur le confort pour les grands conducteurs.

Vendu 4.599 euros, il est en concurrence directe avec le Honda Forza (4.799 euros) et le Yamaha X-Max 125 (4.499 €), des scooters de conception plus récente, à l’image déjà bien installée. Le J125 s’adresse donc au véritable fan de la marque… et à ses concessionnaires, qui ont enfin un produit urbain 125 à proposer, en attendant un scooter 100 % made in Kawasaki. Notons qu’une offre de lancement à 4.199 euros (+150 euros en coloris SE) joue actuellement en sa faveur.

Dans la Boutique Motomag.com

- Indispensable, le guide de conduite : « Plus de 100 conseils pour rouler en scooter »

Fiche technique

Kawasaki J125 (Données constructeur)
Moteur
- Type : monocylindre refroidi par eau, 4T, 1 ACT, 4 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 125 cm3 (54 x 54,5 mm)
- Puissance maxi : 14 ch (10,3 kW) à 9.000 tr/min
- Couple maxi : 1,2 m.kg (11,5 N.m) à 7.000 tr/min
- Alim. /dépollution : injection/Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesses : automatique
- Transmission finale : par courroie
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 260 mm (2 supp.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 240 mm (2 supp.)
- Réservoir (réserve) : 13 litres (nc)
- Poids à sec : 182 kg
- Hauteur de selle : 775 mm
Pratique
- Coloris : noir, blanc
- Garantie  : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 4.599 euros (coloris SE +150 euros)

Publicité