Cela fait plusieurs années qu’on essaye de réduire, voire d’interdire la circulation sur la Route des crêtes qui circule entre ballons vosgiens et alsaciens, dans les départements du Haut-Rhin, Bas-Rhin et des Vosges. L’interdiction ne concernerait que les motards, taxés de bruyants et dangereux.

Motophobie
Le journal quotidien local, Les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA), a publié deux articles clairement motophobes, un premier le 18 mai intitulé « Bol d’air ou Bol d’or ? : les Vosges des randonneurs et celles des motards... », et un second le 25 mai, intitulé « Motards dans les Vosges : restreindre leur accès ? », qui n’est autre que la compilation de verbatim de lecteurs. Compilation étonnamment orientée vers ceux qui se prononcent en faveur de cette restriction concernant les motos (9 sur 13 commentaires)…

Droit de réponse
Remi, adhérent de l’antenne de Belfort de la Fédération française des motards en colère (FFMC 90), a rédigé une réponse qu’il a envoyée aux DNA, sans certitude quant à sa publication… Parallèlement, le Collectif circuler librement dans le massif vosgien (CLMV), composé de la FFMC mais aussi du Codever (Comité de défense des loisirs verts motorisés), des Fermiers aubergistes et des restaurateurs, va se réactiver dans les tous prochains temps.

Nous publions la réponse de Remi, afin de défendre, sur le plan national, la pratique de la moto :

Bol d’air ou Bol d’or ? Le droit de réponse d’un motard en colère.

Je fais partie de la FFMC depuis quelques années, et je suis aussi responsable communication et animation, ainsi qu’animateur de l’Association pour la formation des motards (AFDM) Alsace. J’ai lu plusieurs fois l’article paru dans les DNA.

Écolo-warriors
Dans le fond, rien de bien nouveau sous le soleil, avec les hirondelles qui annoncent le printemps, les écolo-warriors sortent de l’hibernation et veulent s’abreuver d’air pur… après avoir empuanti les cols d’accès à la Route des crêtes de leurs grosses cylindrées génératrices de particules fines, ou de leurs camping-cars qui marquent, d’une virgule d’eau noire et glissante issue de leur réservoirs non vidangés, chaque virage comme un chien marque son territoire.

Je généralise ? Oui, comme vous lorsque vous conspuez tous les motards sans distinction (à peine 1 % des motos contrôlées par les forces de l’ordre ne respectent pas la réglementation sonore).

Bref, lassés du bruit insupportable des motos, certains iraient chercher asile dans la Forêt Noire allemande, au motif que plusieurs routes sont fermées à la circulation motocycliste. Certes c’est vrai, mais pas tous les week-end comme le laisse supposer l’article, et il y a toujours un itinéraire de dégagement, qui entre autre, est étudié pour ne pas couper l’accès aux bars, tavernes et autres restaurants de cette belle contrée. Ce qui ne serait évidemment pas le cas pour les commerces de la Route des crêtes.

Alors on fait quoi ? On change les lois républicaines ? On modifie la constitution (la libre circulation y est inscrite) ? Ou alors on (re)déplace la frontière franco-allemande ? Je ne voudrais pas être à la place du politique qui sera chargé de l’annoncer aux Alsaciens.

Vitesse et bruit
Sur la diminution de la vitesse, l’auteur de l’article écrit, comme à regret, l’amer constat : la diminution de la vitesse n’a pas engendré une diminution de bruit. Malgré cela, SOS Massif des Vosges continue dans sa logique et demande 40 km/h sur l’ensemble de la Route des crêtes.

Grand tétras
Puis l’argument suprême est brandi ! On indispose le grand tétras ! Mais a-t-on demandé, au grand tétras, ce qu’il préférait ? Si ça se trouve, il préfère regarder tranquillement le « Bol d’or » confortablement installé dans son repaire, plutôt que se faire photographier l’intimité par une horde de touristes vomis d’un bus a deux étages qui viendront piétiner son nid sans même avoir eu l’obligeance de sonner a la porte.

Au moment où j’écrivais ces lignes, les DNA ont publié un deuxième article, une compilation de courriers d’avis plus ou moins éclairés. J’ai particulièrement ri à la proposition d’installer un péage sur la Route des crêtes, tant il est vrai que si c’est payant, ce n’est plus bruyant ! Ou à celle de ce pauvre homme qui ne peux plus passer tranquillement sa tondeuse pendant 5 heures (de 11h à 16h, le cri de la tondeuse est tellement plus harmonieux).

Union historique des motards
Historiquement créée pour défendre les droits des motards, déjà en danger dans les années 80, la FFMC a réussi à prouver qu’on pouvait s’unir pour trouver des solutions sans prétendre restreindre les droits des autres usagers de la route.

Parce que le « C » qui représente le mot « Colère » est dans notre logo, nous avons aussi pensé à devenir « Citoyens », par le biais de l’Éducation routière de la jeunesse (ERJ), une action bénévole qui sensibilise les jeunes à la pratique sécuritaire du deux-roues motorisé dans les collèges, de l’AFDM qui organise des stages de conduite sécuritaire pour motards ayant déjà le permis.

Nous organisons aussi des journées de découverte pour aller à la rencontre des élus (opérations Motard d’un jour) et des non-motards. Eh oui, nous ne faisons pas que râler en faisant des manifestations bruyantes (on ne le fait que lorsque plus personne ne nous écoute), nous essayons de faire avancer les choses.

Je suis navré de constater que, malgré nos efforts, les gens « normaux » en soient restés à l’imagerie motarde véhiculée par la chanson d’Édith Piaf.

Il serait temps que les mentalités évoluent. N’en déplaise aux esprits étroits et aux âmes sensibles, on peut être motard sans pour cela se parfumer au jus de houblon et être vêtu de cuir noir (le mien est blanc), et aussi aimer la nature et s’énerver contre les détritus laissés au pied d’un arbre par de silencieux promeneurs pédestres motophobes.

On peut frissonner de plaisir au rugissement d’un 4-cylindres au freinage d’Adélaïde et s’extasier sur une cascade et la photographier sous tous ses angles au point d’en oublier le temps qui passe.

N’oubliez pas que sous le casque d’un motard, il y a aussi quelqu’un comme vous, qui a des enfants, travaille, tond sa pelouse, paie ses impôts, consomme. C’est peut-être même un motard, comme cela m’est arrivé, qui vous a opéré lors de votre dernier pépin physique, qui sait ?

Alors Messieurs les Fâcheux, vous voulez désigner un responsable ? Demandez au grand tétras, je suis prêt à parier qu’il pointera de son aile l’imbécile qui a accordé aux humains les congés payés et la semaine de 35 heures.

Avant ça, le grand tétras, il vivait tranquille, sans camping-cars, sans motos, et surtout sans écolos qui veulent lui faire du bien sans qu’il n’ait rien demandé a personne. Car le grand tétras, il sait se débrouiller seul sans ruiner son environnement ni essayer de dégrader celui des autres par ennui, intolérance ou bêtise.

Remi Perrotte, FFMC 90 – AFDM Alsace

Dans la boutique Motomag :
- Voir le Guide de conduite : Plus de 100 conseils pour rouler en moto et scooter

Publicité
Publicité