Christophe Najdovski proposera au prochain Conseil de Paris d’étendre les aides financières du Plan qualité de l’air, « afin d’inciter les Parisiens à privilégier des modes de déplacement plus respectueux de l’environnement », explique un communiqué de la mairie reçu le 1er juillet.

Les aides proposées par la Ville de Paris
« Depuis le 1er juillet 2015, les propriétaires des véhicules immatriculés avant janvier 1997 peuvent bénéficier d’aides financières pour découvrir ou accéder à moindre prix à des modes de déplacement plus respectueux de l’environnement », explique l’équipe municipale.

En contrepartie de la vente ou destruction de leur véhicule, ils bénéficient d’une aide financière d’un montant de 400 euros correspondant :
- soit à la prise en charge partielle d’un abonnement annuel Navigo, ainsi qu’à un an d’abonnement au service Vélib’ ;
- soit au remboursement, du montant d’achat TTC d’un vélo ou vélo à assistance électrique, et d’éventuels accessoires, dans la limite de 400 €.
- Dans le cadre de l’achat d’un vélo à assistance électrique, cette aide financière est cumulable avec le dispositif déjà en vigueur d’aide à l’acquisition de vélos à assistance électrique.

- En complément de cette aide financière pouvant atteindre 400 €, l’habitant parisien peut bénéficier d’une réduction de 50 % sur l’abonnement annuel Autolib’ et d’un crédit de 50 € de trajets prépayés. Le montant de l’aide à la mobilité peut alors atteindre 500 € pour chaque bénéficiaire.
« L’exécutif parisien proposera d’étendre cette aide aux propriétaires des deux-roues motorisés (2RM) immatriculés avant janvier 2007 », souligne le communiqué municipal.

Bornes de recharge
Depuis le 1er juillet 2015, les copropriétés privées parisiennes peuvent bénéficier d’un accompagnement financier pour l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques et pour la création d’abris vélos sécurisés dans leurs parties communes, à destination de l’ensemble des résidents.

Les travaux d’installation et les équipements sont financés par la Ville à hauteur de 50 % du montant total, avec une subvention plafonnée à 500 € par point de charge, dans la limite de 4 points de recharge par habitat collectif, et avec une subvention plafonnée à 2 000 € pour les abris vélos.
« L’exécutif parisien proposera d’étendre ces aides financières aux habitats collectifs gérés par des bailleurs sociaux », souligne le communiqué municipal.

Crédit d’impôt
Par ailleurs, dans le cadre du crédit d’impôt pour la transition énergétique, les particuliers peuvent déduire 30 % des dépenses liées à l’acquisition d’une borne de recharge pour véhicule électrique privée dans un logement individuel ou collectif. « En complément de cette aide de l’État, l’exécutif parisien souhaite que dans le cadre de la création d’un point de recharge privatif dans un immeuble collectif, une partie des travaux de mise aux normes électriques des parties communes soit également financée par la Ville à hauteur de 50 % du montant total, avec une subvention plafonnée à 2 000 € », précise le communiqué.

Verdict : insuffisant !
Ces aides sont insuffisantes, pour plusieurs raisons :
- elles ne concernent que les résidents parisiens et pas ceux qui habitent en banlieue et traversent la capitale quotidiennement ;
- ces mêmes Franciliens ne pourront se reporter sur des transports en commun mal adaptés à la réalité de leurs déplacements hors de Paris ;
- elles ne tiennent pas compte du prix de vente des véhicules électriques individuels ; elles ne sont pas suffisamment importantes pour qu’un ménage de classe moyenne envisage basculer vers ce type de solution ;
- la prime à l’acquisition d’un scooter ou d’une moto électrique est occultée par l’exécutif parisien, qui ne la mentionne pas dans ce communiqué. Elle s’élève à 400 €, comme pour un vélo électrique, ce qui est très en deçà du prix d’un deux-roues motorisé neuf de ce type.

Réagissez avec la FFMC !
Chez les Motards en colère, pas question d’accepter l’interdiction de circulation ! Les antennes de Paris et autres départements franciliens de la FFMC redoublent d’efforts pour faire entendre la voix des motards, celle des usagers de la route les plus humbles usant d’un véhicule ancien non pour polluer, mais se déplacer jusqu’à son activité professionnelle.

- La FFMC Paris-Petite Couronne a perturbé le 24 mai une conférence sur les transports organisée dans un chic hôtel parisien à laquelle assistait l’adjoint au maire de Paris chargé du dossier, Christophe Najdovski.
- Le 31 mai, des militants se sont invités à une conférence intitulée « Le retour du vélo dans les villes européennes », organisée au Café de Flore à Paris, à laquelle M. Najdovski devait assister (il s’est comme par hasard décommandé au dernier moment…).
- D’autres actions sont prévues. La Nuit 2-Roues du 8 juillet devrait réunir du monde !
Pour être tenu informés, restez connectés à Motomag.com et rendez-vous sur le site de la FFMC75 !

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité