Depuis sa création en 2002, le « Dourdou »à Villecomtal (Aveyron) a toujours été un des rallyes le plus aimés du championnat. C’est Patrick, un pilote qui n’a jamais manqué ce rendez-vous, qui nous explique pourquoi : « On est dans un des endroits les plus remarquables de l’Aveyron, avec une nature encore intacte, des villages magnifiques et des routes que l’on dirait faites pour le rallye moto. De plus, on y mange bien et on est très bien accueilli par les gens d’ici. Et comme c’est un des rares rallyes où les pilotes peuvent reconnaître les spéciales (Ndlr : à des heures bien précises), un certain nombre viennent ici avec leur famille pour s’installer au camping communal, gratuit pour l’occasion ».

Tension avant le départ

Mais le Rallye du Dourdou c’est aussi l’avant-dernière épreuve du championnat de France 2015 et comme avant cette manche il y a cinq pilotes qui peuvent encore prétendre au titre suprême (Élite, toutes catégories confondues), la tension est palpable au sein du paddock. Avant la course qui, contrairement aux autres, commence ici par l’étape de nuit, quatre pilotes se tiennent dans un mouchoir de poche (sept points).

En tête on retrouve Laurent Filleton (KTM 1290 SuperDuke), il est suivi à deux points par Florent Derrien (KTM 690 Duke R), à six points par Christophe Velardi (Ducati 1200 Multistrada) et à sept points Julien Toniutti (Yamaha 800 MT09). Bruno Schiltz (MV Agusta 800) est quant à lui à 50 points, mais peut encore prétendre au titre. Seule fausse note avant cette course qui s’annonce serrée, le jeune Derrien sait qu’il ne pourra pas se mêler à la lutte à cause d’une main droite cassée. Il vient ici pour le titre « Mono »…

Une nuit à rebondissements

Lors de l’étape de nuit, nos cinq pilotes ne laissent rien aux autres : ils occupent systématiquement les cinq premières places sur les cinq spéciales au programme ! Velardi, Toniutti et Filleton gagnent des spéciales, Schiltz est toujours à l’affût et Derrien assure à la cinquième place. Au terme de l’étape, les différences sont minimes, mais voilà qu’un événement bouleverse la donne...

Pour des raisons de sécurité, un CH (Contrôle Horaire) est déplacé par la direction de course. Les pilotes ne sont pas avertis et c’est la panique à bord pour la moitié des concurrents. Tous, y compris Laurent Filleton, Florent Derrien, Christophe Velardi et Julien Toniutti prennent des pénalités pour pointage en retard. Les deux pilotes KTM payent le plus lourd tribut avec respectivement 37,5 secondes pour Filleton et 30 pour Derrien. Toniutti perd sa première place… De nos cinq pilotes, seul Bruno Schiltz passera entre les mailles du filet et, en pointant à l’heure, il remporte haut la main cette étape de nuit.

Le jour, on reprend les mêmes et on recommence

L’étape de jour débute sous une chaleur écrasante et il en sera ainsi tout au long de la journée. Toniutti commence par remporter les deux premières spéciales, mais la lutte avec Velardi et Filleton est serrée. En temps, les différences sont minimes, parfois on est devant ou derrière pour moins d’une seconde… La confrontation entre ces pilotes est de toute beauté, un peu à l’image de ce championnat 2015, et les voir passer en spéciale est un vrai régal, même si les styles de pilotage sont parfois bien différents.

Au final, c’est Julien Toniutti qui remporte cette étape de jour, devant Christophe Velardi, Laurent Filleton, Bruno Schiltz et Florent Derrien. Ce dernier est sacré champion de France en catégorie « Monocylindre », Toniutti quant à lui prend la tête du championnat avec 8 points d’avance sur Velardi et 9 sur Filleton. Même s’il sera difficile, Derrien et Schiltz peuvent encore mathématiquement prétendre au titre. Rendez-vous est donné au dernier rallye de Saverne en septembre.

Dans les catégories

Plusieurs pilotes ont été couronnés d’un titre de champion de France dans leurs catégories respectives après ce rallye du Dourdou. Outre Florent Derrien qui monopolise la catégorie « Mono », on retrouve Kevin Cheylan (MZ) en 125, Félix Caviglioli (KTM 400 EXC) en Sport1, Maxime Mettra (Kawasaki Versys) en Sport2, le duo Amblard (SGR-Suzuki 1300 GSX-R) décroche le titre en Side-car, Mathieu Bruneau (Honda Integra 750) gagne en Scooters et Gérard Spagli (Kawasaki 1000 Z) s’impose en Anciennes.

À Saverne, lors de la dernière, restent à attribuer, outre le titre « Élite », les catégories TopSport et Classiques. Dans la première c’est Sonia Barbot qui, après avoir gagné au Dourdou, pointe en tête avec quatre points d’avance sur Sébastien Brugues. Dans les classiques, c’est Antoine Caviglioli qui possède 21 points d’avance sur Nik Ayrton et 30 sur Remi Henrion.

Le Bilan avec Laurent Filleton et Florent Derrien

Dans la Boutique Motomag.com
- Commandez le GPS des pilotes de rallye Tripy II, GPS + road book digital

Publicité

Commentaire (0)

Publicité