Le Courrier des Yvelines relate, dans sa livrée du 22 septembre, une histoire savoureuse de dispositif anti-radar : un motocycliste de 53 ans a été arrêté, le 19 septembre par la Formation motocycliste urbaine des Yvelines, sur la RN 184 entre Cergy et Saint-Germain-en-Laye. Lors de ce banal contrôle routier, les policiers ont découvert, en lisant la carte grise du propriétaire, que l’une des lettres qui composait le numéro d’immatriculation du deux-roues, un E, s’était transformé en I sur la plaque minéralogique à l’arrière du véhicule.

Interrupteur et cache. Ils ont alors fait le tour de la machine, et se sont aperçus qu’un dispositif électrique astucieux permettait au motard de changer de lettre sur la plaque. Ce dernier avait installé un interrupteur au niveau du levier d’embrayage, qui commandait un petit cache, se baissant sur la signalétique arrière et transformant le E en I.

Brevet d’inventeur. L’homme n’a pas gagné le droit de présenter son invention au concours Lépine. Toutefois, comme il n’a pas été pris en train d’actionner le mécanisme (qui, d’après les policiers, ne fonctionnait plus !), il ne sera pas sanctionné pour ce délit (usage de fausse plaque maquillée, 3.750 euros d’amende, 5 ans de prison et saisie de la moto). Il risque tout de même une amende de quatrième classe pour défaut de plaque d’immatriculation, d’un montant de 135 euros.

Publicité
Publicité