Ce soir vendredi 23 août à minuit, le premier « radar tronçon », calculant la vitesse moyenne des véhicules, sera mis en service sur une route de Besançon (Doubs). Le premier d’une grande série : 150 appareils devraient être installés d’ici à 2014, dont 55 prévus avant la fin de l’année.

Le principe des « radars tronçon », aussi appelés radars « à vitesse moyenne » : deux caméras vidéos, installées à deux kilomètres l’une de l’autre, enregistrent les plaques minéralogiques et l’heure de passage des véhicules, permettant le calcul de leur vitesse moyenne. En cas de dépassement de la vitesse sur la portion concernée, le conducteur fautif recevra une amende provenant du centre de traitement de Rennes. Car le système est bien sûr automatisé. Et fonctionne sans flash.

À Besançon, le « radar tronçon » a été installé le 20 juin, sur la nouvelle quatre voies urbaine des Mercuraux, limitée à 70 km/h. Après plus de deux mois de tests, il entrera donc en fonction ce soir. « Cet équipement a pour but de lutter contre le comportement dangereux de certains conducteurs qui freinent à l’approche d’un radar et accélèrent après l’avoir dépassé », rappelaient hier les autorités.

Un changement de politique toujours attendu
« Le bonus de ce système, c’est l’enregistrement des plaques d’immatriculation de tous les usagers, y compris ceux qui respectent le Code de la route et les vitesses limites, dénonçait en juin la FFMC. Cette intrusion permanente dans l’intimité des citoyens n’augure rien de bon, et n’apportera rien à la Sécurité routière tant il est prouvé que la vitesse seule n’est pas la principale cause d’accident, surtout sur voie rapide. »

Rappelant que la « commande de radars tronçon avait été passée sous l’ancien gouvernement », l’association de motards attendait de constater « si le nouveau va s’entêter dans cette politique. Car pour l’instant, la Sécurité routière reste en accord avec son slogan : tous responsables. Ou plutôt, tous coupables. » Et on note que, pour le moment, le discours varie peu : la vitesse en soi est un danger.

Publicité
Publicité