En images

B. Reynès, député UMP pour l’assouplissement Radars : les députés UMP font bloc Radars : 40 Millions d’Automobilistes et des arguments

Léger assouplissement. Cet assouplissement de la répression s’avère tout de même plutôt timoré. Avec ce seuil de seulement 5 km/h, les députés, UMP pour la plupart, ne poussent pas le bouchon trop loin et n’entreront pas en conflit direct avec l’initiateur de la politique du radar, un certain Nicolas Sarkozy…

« Nous sommes le seul pays européen à appliquer la suppression de points pour des délits inférieurs à 20 km/h », explique Laurent Hecquet, délégué général de l’association 40 Millions d’Automobilistes, qui a présenté un exposé dramatique sur l’avenir du dispositif radars-perte de points en France.

L’association a effectué des projections : en 2012, quand le nombre de radars automatiques sera passé à 5000 en France, le nombre de PV grimpera à 22 millions et le système s’engorgera. « La suppression du retrait de points pour les infractions mineures s’avère la seule solution pour anticiper sur ce cataclysme », a expliqué Laurent Hecquet aux députés.

Changement d’attitude. Cette énième proposition de loi (au moins 5 depuis le début de l’année sur le sujet) a le mérite de relancer le sensible débat sur la sévérité du permis à points. Elle succède à la décision du Conseil d’État d’assouplir les suppressions de permis pour motif professionnel.

« Nous avons l’arsenal répressif le plus contraignant d’Europe, déplore le député méditerranéen. Même en Allemagne, qui est un exemple de rigueur en général, entre 0 et 20 km/h il n’y a pas de suppression de points. L’excès de zèle est ressenti par nos concitoyens, qui ne sont pour la plupart ni des chauffards ni des criminels en puissance. »

La politique de sécurité routière au radar ne ferait plus recette ? Amusante, cette fronde des députés. Ce sont les mêmes, ou presque, qui ont voté une succession de lois répressives depuis 2003… On espère tout de même que leur lutte aboutisse.

Publicité
Publicité