« Quand on joue avec le feu, on se brûle », dit l’adage. Un jeune motard corse s’est carrément carbonisé au 3e degré… Le quotidien régional Corse Matin révèle, dans son édition du 15 septembre, une affaire insolite sur fond de contrôle de vitesse automatique.

68 infractions en 3 mois
Un motard corse de 22 ans vient de recevoir une amende d’un montant stratosphérique, délivrée par le tribunal de Police de Bastia : 31 150 € pour de multiples excès de vitesse, infractions qu’il a réellement commises mais pour lesquelles il croyait n’être jamais verbalisé. L’homme a fait fort : les autorités ont dénombré pas moins de 68 infractions, dont 43 pour des vitesses supérieures de 50 km/h à la limite autorisée, entre le 25 juillet et le 30 octobre 2014.

Comment a-t-il atteint ce score ? Le jeune homme passait régulièrement devant le même radar qui flashe par devant, situé à Biguglia près de Bastia. Au guidon de son scooter Yamaha T-Max, il se croyait dans l’impunité, ce véhicule n’ayant pas d’immatriculation avant… Pourtant, les multiples photos générés ont fini par être repérées, à des centaines de kilomètres de là, au Centre Automatisé de Constatation des Infractions Routières (CACIR) de Rennes (35).

Constatant d’après les photos qu’il s’agissait à chaque fois du même conducteur, Rennes a alerté la brigade motorisée de gendarmerie de Bastia. Les pandores se sont postés non-loin du radar, et ont fini par constater un excès de vitesse par le conducteur du scooter, qui n’a cependant pas été intercepté.

Le motard a finalement été identifié, localisé puis convoqué au commissariat. Pour le punir, le tribunal de police de Bastia a choisi de cumuler le montant des amendes dont il était redevable, considérant donc que les photos prises par la cabine fixe constituaient une preuve irréfutable.

Cette info n’est pas sans rappeler la mésaventure vécue par un motard des Côtes d’Armor, interpellé en avril dernier par la gendarmerie pour des faits similaires.
Moralité, c’est désormais risqué de jouer avec les radars automatiques : la machine est plus forte que l’homme…

Justice : un tribunal peut-il condamner un conducteur à un cumul d’amendes aussi élevé ?

Renseignements pris auprès des spécialistes en droit routier de la Commission juridique de la Fédération Française des Motards en Colère (CJ FFMC), oui, un tribunal peut cumuler le montant des amendes encourues après plusieurs infractions au code de la route.
En revanche, le motard ainsi lourdement condamné, en ce cas précis peut faire appel.
On lui conseille donc de se faire aider d’un avocat spécialisé.
La question sera d’argumenter, et de déterminer, si les photos prises par le radar constituent une preuve suffisante de la culpabilité de ce conducteur : peut-on l’identifier formellement, alors qu’il est censé porter un casque de moto ?
(La lecture de l’article de Corse Matin ne nous permet pas de savoir s’il portait ou non un casque quand il a été flashé par le radar).

Et vous, qu’en pensez-vous : ce conducteur mérite-il une telle amende ? La sanction financière est-elle la solution contre un tel comportement ? Les radars automatiques sont-ils la solution pour lutter contre l’insécurité routière ? Réagissez en laissant un commentaire lié à cet article.

Dans la Boutique motomag.com

- Soutenez la FFMC en portant ses couleurs !
- Découvrez le guide de conduite : « Plus de 100 conseils pour rouler en moto et scooter »

Publicité
Publicité