On croyait avoir tout vu en matière de contrôles routiers, eh bien non ! Depuis quelques temps, la police française investit les airs, en ayant recours à de petits avions pour surveiller les axes majeurs de circulation.

Police aéronautique.
Quand il s’agit de faire baisser le nombre de décès sur la route (et de remplir les caisses du Trésor Public), la traque aux infractions n’a pas de limites. L’hebdomadaire Auto Plus, dans son numéro du 12 août, nous apprend que, selon le ministère de l’Intérieur, les dix brigades françaises de police aéronautique vont de plus en plus souvent utiliser ce type d’engin pour surveiller les axes majeurs. À moins de 200 € de l’heure de vol, une sortie avec un tel appareil est plus rentable qu’avec un hélicoptère…

Hélico trop cher.
Quand on roule sur un grand axe, au moment des pics de circulation, on entend tourner l’hélico, utilisé pour traquer les infractions à l’aide d’un radar laser, en coopération avec une équipe au sol qui intercepte les contrevenants. Mais, à 2.000 € de l’heure, le coût d’utilisation est exorbitant. Le petit avion se montre bien moins vorace. Et bientôt, le Rafale d’interception rapide, qui permettra de recycler cet appareil réputé pour sa haute technologie, et pourtant invendable !

Publicité
Publicité