Cette conductrice a contesté, et elle a eu raison. Le journal régional Sud-Ouest, sur son site Internet sudouest.fr, relate ce faits-divers qui sonne comme une piqûre de rappel. Flashée par un radar feu rouge dans une grande artère de Bayonne, le 29 novembre 2010, une automobiliste reçoit par courrier un procès verbal. La sanction tombe : 4 points en moins sur le permis, 135 euros d’amende.

Persuadée d’avoir passé le feux tricolore à l’orange, elle décide de contester. Bien lui en a pris puisque son avocat, Me Teddy Vermote, veut vérifier le bon fonctionnement du radar et demande le certificat de validité pour la période du contrôle. Dommage pour l’administration, qui se voit dans l’incapacité d’en fournir un, pour l’année 2010 comme la suivante.

Parce que le dispositif n’est plus homologué, le juge annule donc le procès verbal purement et simplement. Ce manquement au devoir de l’administration laisse donc la possibilité aux autres automobilistes, flashés par le même appareil à la même période, de contester leur PV.

Un fait divers qui nous rappelle qu’en cas d’amende abusive et de bonne foi de la part du verbalisé, il ne faut pas hésiter à contester. Cela peut parfois payer.

(Source : sudouest.fr)

Publicité
Publicité