Les causes du déclin

Pour effectuer la maintenance des milliers d’appareils automatiques, le ministère de l’Intérieur a changé de prestataire. Une transition complexe, qui a influé sur la disponibilité des équipements. En mai par exemple, seuls 80 % des radars étaient « disponibles ». Cela représenterait près de 670 équipements hors-service sur les 3.350 radars en fonctionnement à cette période.

Dégradations

Les attaques des radars par les « bonnets rouges » en novembre 2013 ont également pu jouer sur ce déclin. Et l’indication des boîtiers fixes via un marquage au sol, opération menée par les antennes régionales de la Fédération Française des motards en colère (FFMC), ont sans doute pesé dans la balance.

Hausse ou baisse en 2014 ?

Cette situation pourrait bien se prolonger. En effet, si le nombre de flashs augmentait d’année en année, c’était à cause de l’installation toujours croissante du nombre de radars. Ces derniers sont beaucoup plus efficaces durant les premiers mois suivant leur installation. Or, le ministre de l’Intérieur a annoncé que le nombre de radars automatiques, fixes et mobiles, serait stabilisé à 4.200 à partir de 2013. Priorité est désormais mise sur le renouvellement du parc.

Pour faire à nouveau augmenter le nombre de PV, il faudra changer de méthode… Comme baisser les limitations de vitesse (voir par exemple : Paris : vitesse limitée à 70 km/h sur le périphérique dès janvier…), ou pénaliser les catégories d’usagers jusque-là intouchables comme les conducteurs européens (voir : Contrôles routiers : l’Europe n’a (presque) plus de frontières).

On peut supposer que l’apparition des redoutables radars « mobiles mobiles », embarqués dans des véhicules banalisés, jouera également sur la multiplication du nombre de flashs. La totalité de ces équipements sur 4 roues ne trouvera son rythme de croisière qu’à partir de 2014.

Mauvaise affaire

Cette baisse des flashs représente une mauvaise affaire pour le Trésor Public : comme le souligne Lexpress.fr, il est toujours prévu dans le budget 2014 de la France que les amendes forfaitaires des radars rapportent 613 millions en 2013 (contre plus de 457 millions en 2012), et plus de 689 millions d’euros en 2014. Cela ne sera vraisemblablement pas le cas. A moins que le ministère de l’Intérieur ne décide d’abaisser la limitation de vitesse de 10 km/h sur l’ensemble du réseau routier…

Publicité

Commentaires (9)

Publicité