Et si l’augmentation de l’essence aboutissait à un retour de la vignette ? L’idée est soulevée dans un article du quotidien Le Parisien du 21 août. Quel rapport entre le sticker, aboli en 2000 en France pour les autos (et en 1980 pour les motos grâce à l’action de la FFMC !), et les prix du carburant ? Voici la réponse.

Des promesses, des promesses… Durant la campagne électorale, le candidat Hollande a promis, s’il était élu, de tout faire pour bloquer le prix de l’essence en cas de nouvel emballement. Eh bien on y est : le litre de SP95 a bondi de 13,6 centimes d’euros depuis le 1er juillet 2012…

Casse-tête. D’où un casse-tête supplémentaire, à la rentrée, pour le gouvernement. Comment bloquer les prix ? Un gel étant quasi inenvisageable pour des raisons légales, il reste la solution de jouer sur les taxes perçues par l’État (TICPE et TVA). Problème, l’État ne peut se permettre, en ces temps incertains, de faire une croix sur cette manne considérable.

La vignette ressort des cartons. La vignette permettrait de reporter le blocage du prix de l’essence sur les conducteurs eux-mêmes. Avec un report plus important sur ceux qui possèdent un véhicule de forte puissance fiscale. Cela inciterait peut-être les Français à acheter des véhicules moins puissants, donc moins gourmands. Mais le retour de la vignette déclencherait certainement un mécontentement chez les automobilistes… et surtout chez les motards !

Publicité
Publicité