En images

visuel

Le climat, la flore et la faune de l’endroit sélectionné pour les vacances sont parfois différents du lieu habituel de vie.

Au-delà de nos frontières, il en va de même des structures sanitaires et des normes d’hygiène en vigueur, variables d’un pays à l’autre...
Autant d’aléas potentiels qu’il est facile d’éviter en s’informant avant le départ et en s’y prenant suffisamment tôt.

Vaccins et médicaments

Dans certains cas, le départ est conditionné à la mise à jour des vaccinations (régions tropicales).
Pour ne pas être pris au dépourvu, une visite chez le médecin est une précaution élémentaire six à huit semaines avant de partir pour l’étranger.
Même pour un voyage dans l’Hexagone, il pourra vous délivrer un double de l’ordonnance habituelle en cas de traitement en cours.

Dans ce cas, le mieux est de prévoir plus que la quantité nécessaire de médicaments et de les ranger en deux lots distincts dans des endroits séparés (sacoche non étanche, valise qui se détache...). De plus, ces produits sont à protéger de la chaleur ou du froid excessifs.

Kit de survie

Préparer une petite trousse de secours n’est ni compliqué ni encombrant. La pratique de la moto l’été expose à quelques dangers spécifiques contre lesquels il n’est pas difficile de se prémunir.
L’insecte qui rentre dans la manche du blouson, les poussières qui engendrent une irritation oculaire ou la brûlure sur le pot d’échappement n’évoqueront ainsi aucun souvenir au retour.
La célèbre « turista » par exemple, s’avère nettement moins contraignante lorsqu’on a un antidiarrhéique sous la main... Un passage à la pharmacie suffit à se composer une trousse de secours adaptée à son lieu de villégiature.

Papiers utiles

Si les voyages au long cours impliquent leur lot de papiers administratifs, seule la carte européenne d’assurance-maladie est nécessaire pour un périple dans l’Union.
Ce document atteste des droits à l’assurance-maladie et permet de bénéficier de la prise en charge des soins.
Valable un an et gratuite, elle est délivrée sur simple demande par la CPAM dans un délai de deux à trois semaines.

Enfin, une visite chez le dentiste avant de s’aventurer sur les routes évite de souffrir d’une rage de dents, perdu au milieu de nulle part ou préviendra de la dent de sagesse qui aurait la mauvaise idée de se manifester pendant les congés !

Publicité
Infos en plus
Publicité