Top départ

Pour plus d’homogénéité, les participants ont été divisés en trois groupes : débutant, intermédiaire, confirmé. Le gros des troupes se retrouve chez les débutants (en moyenne, 60 % des participants aux Open n’ont jamais fait de circuit) ; comme tout bon « poireau », je me joins donc au gros, au guidon d’une Yamaha XJ6 Diversion.

Les premiers mètres sont timides, très timides même. Mais au fil des tours, les positions deviennent naturelles, les trajectoires s’optimisent et les freinages deviennent plus « virils ». Chaque session est ensuite débriefée avec le formateur, qui rentre un peu plus dans le détails. On apprend, on rectifie sa posture sur la moto en statique et, sur le terrain, on affine sa trajectoire.

Après les 5 sessions du jour, le bilan est positif : un accueil irréprochable, des conseils de bon augure et de nombreuses sessions et sensations. La journée remplie s’achève dans la convivialité si commune aux événements motards. Bien sûr, le meilleur pour la fin : outre tout ce qu’on apprend et le plaisir de rouler sur circuit, l’argument phare de ces journées reste le prix. 50 € pour les sociétaires, 70 € pour les adhérents à la FFMC, 80 € pour les autres : à ce tarif-là, l’investissement est largement rentabilisé.

 - 
Publicité
Publicité