La FFMC n’a pas tardé à réagir au projet du maire de Paris, Bertrand Delanoë, d’interdire l’accès de la capitale aux véhicules de plus de 10 ans. Dans un communiqué de ce mercredi 31 octobre, l’association rappelle notamment que « l’usage d’un deux-roues motorisé (2RM) en ville n’est pas un problème, mais une solution de mobilité pour ceux qui habitent loin et pour lesquels les transports en commun ne sont pas adaptés à leurs contraintes ».

Les motards en colère rappellent aussi que le 2RM est une solution au désengorgement des grandes agglomérations (stationnement, fluidité, réduction des temps de trajet, …), donc à la pollution contre laquelle veut lutter M. Delanoë. Ils soulignent ainsi que seule la capitale française n’a pas « compris l’alternative que représentent les deux-roues motorisés », contrairement aux villes d’Europe qui ont pris des mesures pour réduire l’automobile en leur sein (Londres, Barcelone, Stockholm, …).

Nous avons interrogé Nathanaël Gagnaire, membre du bureau national de la Fédération française des motards en colère, qui nous en dit un peu plus sur le point de vue de l’association de motards.

Motomag.com : Bertrand Delanoë vient d’annoncer un projet de mesures d’interdiction de circulation de certains véhicules, au prétexte de lutter contre la pollution. Quelle est votre réaction ?

Nathanaël Gagnaire : M. Delanoë fait des restrictions antisociales au prétexte d’un idéal écologique. Avec ces mesures, ce sont les usagers les plus modestes qui seront pénalisés. Ce projet c’est un Zapa remanié, projet que la ministre de l’Écologie, Delphine Batho, a décrit comme injuste socialement. De plus ce genre de restriction n’améliorera pas la qualité de l’air : cela générera plus de bouchons.

Alors, comment résoudre ce problème récurrent de la pollution auto-moto en ville ?

La FFMC veut démontrer que les 2RM sont une vraie alternative à la circulation, pour fluidifier le trafic principalement, réduire les temps de trajet et faciliter le stationnement.
De plus, la qualité de l’air est mesurée à travers deux éléments : les microparticules et le dioxyde d’azote. Or ces deux éléments sont rejetés par les moteurs diesel. Rappelons-le, les motos sont des véhicules à essence ! Nous voulons avant tout promouvoir les 2RM en villes en tant que solution à la pollution en ville.

La FFMC prévoit-elle d’intervenir auprès des autorités locales, pour faire entendre la voix des usagers à deux-roues ?

Pour l’instant, nous attendons la présentation du plan au Conseil de Paris (Ndlr : le 12 novembre). M. Delanoë prend tout le monde de court avec ce plan. Delphine Batho prépare une réunion sur le dossier Zapa en janvier prochain. Nous demandons à être reçus par les services compétents de Paris pour exposer nos solutions à cette problématique.

 - 
Publicité
Publicité