En images

visuel visuel visuel visuel visuel

Puisque il est de tradition que les cloches soient de sortie à Pâques, à la demande de motards, scootéristes et même des cyclistes, bref des pratiquants du deux-roues avec ou sans moteur indignés de l’état lamentable du revêtement de chaussée constaté en de nombreux points de l’agglomération Rouennaise, la FFMC 76 a décidé d’emmener sur le terrain Ginger, volatile gallinacé chef des tests de sites de nidification, afin d’éclairer les motards de sa haute expérience en la matière.

Poule de luxe
Permettez-nous de vous présenter Ginger, la très sexy poulette de choc de la FFMC (Fédération française des maîtres coqs !). Elle a déjà sa petite notoriété sur le web, la cocotte, ayant pas mal bourlingué avant de se poser chez nous : à Lille, à Aulnoye-Aymeries mais aussi à Tours

Premier constat : à Rouen, la poulette a très vite trouvé de quoi étendre ses rémiges. Il faut dire que ce ne sont pas les trous qui font défaut dans le coin ! À peine arrivée à proximité de la gare du chef-lieu de Seine-Maritime, la petite équipe de motards motivés constate que notre mascotte a rapidement déniché un trou à son goût…

Des trous partout
Des trous, des boursoufflures sur le goudron, des pavés apparents, disjoints, descellés… Elle ne s’est pas dérangée pour rien, la cocotte ! Du coup, ça a joué de la bombe (de peinture) chez les motards, amusés mais en colère : de tels défauts de chaussée n’ont qu’un impact sur les suspensions en automobile. Pas grave. En deux-roues en revanche, qui circule en équilibre et sans carrosserie, ils peuvent contribuer à causer une chute ou à aggraver ses conséquences.

On ne pourra pas dire que nos responsables de voirie n’ont reçu aucun signalement. Si le orange et le vert fluo ne suffisent pas, la prochaine fois on les décorera avec des leds !

À lire, le compte-rendu complet de l’action sur le site de la FFMC 76.

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité