Seules les informations concernant l’état-civil du conducteur, numéro de permis, catégorie… figureront sur le permis. Il n’y aura pas d’historique des PV, de capital de point ou même d’empreintes digitales. Du moins pour l’instant puisque la puce devrait permettre toutes les évolutions possibles, selon le ministère.

Changement en douceur

Faut-il se précipiter dès lundi dans les préfectures pour changer son ancien permis par un nouveau ? Non ! Pour l’instant, les seuls permis à être échangés seront ceux qui sont délivrés entre le 19 janvier 2013 et le 16 septembre 2013, et ils le seront seulement en 2014. Pour les 38 millions de « vieux » permis roses déjà en circulation, le changement n’interviendra pas avant 2015 et se poursuivra jusqu’à la date butoir du 19 janvier 2033.

Finie la queue

Un des grands changements, c’est que les usagers n’auront plus à se déplacer en préfecture pour y subir les files d’attentes interminables pour obtenir leur précieux sésame. Chaque mois, ce sont environ 200.000 personnes qui se déplacent en préfecture pour récupérer leur permis, soit 2,4 millions délivrés par an.

Cette nouvelle carte, étant directement issue de l’Imprimerie Nationale, sera expédiée par simple courrier au domicile de l’intéressé avec, en prime, un code d’accès confidentiel afin de consulter son solde de points par Internet. C’est la préfecture qui informera le titulaire du permis des modalités d’échanges le moment venu, le but étant que cela se passe le plus « simplement possible » selon le ministère de l’Intérieur.

Durée de validité

Le nouveau permis de conduire a une durée de validité qui sera de 15 ans pour les permis de catégorie A et B. Elle sera de 5 ans pour les catégories dites lourdes, C et D, ou celles qui sont soumises à un avis médical.
Finie donc la photo de ses 18 ans, qui faisait rigoler tout le monde lorsque vous sortiez votre papier rose, il sera facile de la remettre au goût du jour ainsi que son adresse. Une bonne chose également pour le fichier des permis de conduire qui se verra ainsi rafraîchir sa base de données, qui contient un grand nombre d’informations erronées.

Imposé par l’Europe

L’arrivée du nouveau permis répond aux consignes de la directive européenne du 20 décembre 2006. Elle vise à une harmonisation de ce document pour le rendre commun en termes de forme, de durée de validité et de lutte contre les falsifications.

L’idée étant qu’au sein de l’Union européenne, tous les permis de conduire délivrés par un État membre soient reconnus par les autres États. Ce sont en tout quelque 300 millions de documents, délivrés sous plus d’une centaine de formats différents, qui sont concernés, avait précisé en janvier 2013 la Commission européenne.

Publicité
Publicité