Les écopastilles Crit’Air, ces vignettes à apposer sur son véhicule à moteur (automobile comme moto ou scooter), sont en vente en ligne depuis le 1er juillet 2016. Date d’instauration de la première zone à circulation restreinte (ZCR) de France, le territoire de la ville de Paris, désormais interdit aux véhicules 2-roues motorisés (2RM) antérieurs à Euro 1 (avant 2000), en semaine de 8h à 20h.

D’autres agglomérations pourraient suivre bientôt, 25 en France ayant souscrit au projet Ville respirable du ministère de l’Environnement.

Pastille verte
Cette nouvelle pastille verte, instaurée par le ministère de l’Environnement dans le cadre de la loi pour la Transition énergétique (et non par la Ville de Paris) n’est pas encore obligatoire. Cela n’empêche pas le gouvernement de déjà la vendre. Pour prévenir…

Et à un prix qui n’est pas anodin : 4,50 €. Pas cher, soit, pour le propriétaire d’un véhicule. Mais si on se positionne de l’autre côté du dispositif, vu du gouvernement : voilà une sacrée manne qui est promise ! Une « écotaxe » de plus ? Ne soyons pas mauvaise langue, voyons…

Pas de vignette pour les exclus
Ainsi si vous vous rendez sur le site Certificat-air.gouv.fr, vous pourrez obtenir votre « certificat qualité de l’air ».
Mais avant de payer en ligne, effectuez déjà une simulation, afin de vérifier si votre véhicule est éligible.

Car, c’est là la subtilité : les motos et scooters antérieurs à Euro 1, de même que les voitures antérieures à Euro 2, n’auront pas de sticker à coller sur leur carrosserie. Ne vous réjouissez pas trop vite, vous ne paierez pas les 4,50 € certes, mais c’est un bien pour un mal : en cas de contrôle, le policier ne voyant pas la précieuse vignette, se doutera que vous n’avez pas le droit de circuler. Et ne manquera pas de vous aligner...

Vidéo verbalisation
Pour rappel, la mairie de Paris a indiqué que la verbalisation débutera dans la capitale à partir du 1er octobre. Les véhicules interdits risqueront 35 € d’amende puis 68 € à partir du 1er janvier 2017. C’est là le nœud de l’affaire : ces écopastilles sont avant tout destinées à rendre les véhicules reconnaissables facilement. Lors d’un contrôle routier sur le bord de la route, mais aussi par les caméras de vidéosurveillance, très répandues en ville. Vous le sentez, le piège qui se referme ?

Mais où la coller cette f... vignette ?
Les conducteurs modestes qui n’ont pas les moyens d’acquérir un véhicule neuf ont néanmoins un peu de répit : le dispositif n’est pas encore ficelé. Il reste des détails à régler... Ainsi, le motard se demandera illico où coller sa vignette ? C’est précisé pour l’automobile : en bas à droite du pare-brise. Là où se trouvent déjà les macarons d’assurance, de contrôle technique, parfois de stationnement… Et sur une moto ? La mairie de Paris, questionnée à ce sujet, est incapable de répondre !

Et puis c’est un dossier politique... Pas terrible, la grogne des usagers en période pré-électorale. Cette nouvelle vignette n’est donc pas obligatoire… Pour le moment. Et pour éviter qu’elle ne le soit, il existe une solution : faire pression avec les associations d’usagers, afin de marquer la désapprobation du plus grand nombre vis-à-vis de cette mesure d’interdiction qui vise à exclure les plus vulnérables des centres-villes.

Par exemple, venez prendre par à la Nuit 2-roues de la FFMC ! Ça commence vendredi 16 septembre.

Complément d’information

- Suivez l’actu concernant les restrictions de circulation sur Motomag.com, rubrique Défense des motards/2-roues en ville
- Contre-vignette : la FFMC organise la riposte aux interdictions !

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité