En images

Paris : 2 tramways, 2 radars et 1 rupture de charge Paris : 2 tramways, 2 radars…

Rupture obligatoire ?

Pour justifier ce petit bout de marche à pied, les ingénieurs invoquent la rupture de charge entre deux tronçons, obligatoire dans le but de réguler le trafic des rames circulant sur la nouvelle ceinture parisienne.

Insécurité routière

Le problème, c’est que cette traversée du cours de Vincennes, un grand axe circulant du 12e arrondissement entre la porte de Vincennes et la place de la Nation, induit une augmentation de l’insécurité routière en générant un surcroît de trafic piéton. Était-ce bien utile ?

Deux radars automatiques fixes

Non, nous le verrons plus tard. Mais cela a d’ores et déjà permis aux autorités parisiennes de justifier la mise en place de deux radars automatiques fixes flashant les véhicules par l’arrière, cours de Vincennes donc, à proximité des passages piétons en question. Des boîtiers qui ne sont indiqués par aucun panneau, dont le rôle est de faire freiner les conducteurs afin de laisser place au flux de piétons… Il y a déjà des feux tricolores, mais deux protections valent mieux qu’une, n’est-ce pas !

Privatisation

Le problème, c’est que les machinistes et autres employés de la RATP livrent une version différente de l’histoire : « La RATP a coupé en deux le prolongement de la ligne de tramway T3 parce qu’elle ne veut pas assurer la régularité d’une longue ligne », commente un employé sous couvert d’anonymat. Envisageant une éventuelle privatisation du tramway, qui la déposséderait de cette ligne, la RATP refuserait de prendre en charge l’investissement, en employés et en matériels, qui permettraient d’éviter cette rupture de charge. La circulation d’un tramway en continu de la porte de la Chapelle à la porte d’Ivry est pourtant possible. Des rails sont d’ailleurs installés dans ce but porte de Vincennes…

Rentabilité des radars

« Le changement de tramway s’effectue dans une belle cohue, avec un double flux périlleux d’usagers à pied sur une avenue très fréquentée, poursuit cet observateur. La seule solution trouvée pour ralentir le trafic automobile ? Deux radars automatiques ! L’insécurité routière est ainsi rentabilisée… » L’installation de radars automatiques, justifiée par l’insécurité routière générée par la rupture de charge du tramway, permet d’augmenter le nombre d’amendes pour excès de vitesse. Idéal pour le Trésor Public !

Double peine

La rupture de charge et l’installation des radars qui va avec auraient-elles pu être évitées ? Oui, répond cet employé de la RATP : « Les machinistes sont bien capables de rouler dans les deux sens d’un bout à l’autre de la ligne, de la porte de la Chapelle jusqu’au pont du Garigliano. Mais la direction ne veut pas en entendre parler car cela supposerait d’embaucher du personnel ! » Et on vous prie de bien vouloir sourire en passant devant l’appareil photo des radars…

Publicité
Infos en plus
Publicité