La candidate du PS à l’élection municipale de Paris (en mars prochain) a tenu à préciser sa position sur le stationnement des 2-roues motorisés. Dans un communiqué de presse daté du 21 janvier, elle explique qu’elle reste favorable au parking gratuit pour motos et scooters en surface.

Quotidien difficile
« La question du stationnement en ville constitue une réalité quotidienne pour de nombreux Parisiens, en particulier pour les détenteurs de motos et scooters », explique la candidate PS, qui ne tient visiblement pas à se mettre à dos cette catégorie d’usagers de la route. « J’ai pleinement conscience qu’il s’agit là, pour eux et tous les usagers de la voirie, d’une préoccupation importante et légitime. À ce titre, il me semble nécessaire de préserver la gratuité du stationnement des deux-roues motorisés en surface. »

Rétropédalage
Un rétropédalage qui fait plaisir à lire. Mais l’actuelle adjointe au maire de Bertrand Delanoë ne s’arrête pas là : « En revanche, je souhaite effectivement que la question du stationnement de ces véhicules fasse l’objet d’une réflexion approfondie. Il est notamment indispensable de créer de nouveaux espaces de stationnements. » Les usagers parisiens sont d’accord !

20.000 places en plus
« Je souhaite ainsi créer 20.000 nouvelles places de stationnement, à la fois en surface et en sous-sol. Lorsque le stationnement s’effectue en sous-sol, il m’apparaît justifié que les conducteurs de deux-roues motorisés s’acquittent d’une contribution financière. » Certes…

Concertation sur le prix du stationnement
« Néanmoins, afin d’encourager le stationnement souterrain et de limiter le stationnement de surface, le prix du stationnement en sous-sol devra être revu à la baisse. Si je suis élue, j’entamerai une concertation avec les gestionnaires de parcs de stationnement pour créer un pass unique moto, permettant un forfait mensuel ou annuel de stationnement en sous-sol. » Voilà des propos qui font plaisir à lire.

Tout et son contraire
En la matière, la candidate PS a tendance à affirmer tout et son contraire. Anne Hidalgo a bien expliqué, début janvier dans une interview sur la radio France Bleu 107.1, qu’elle était favorable au stationnement payant des 2-roues à moteur, que ce soit en surface ou en souterrain. C’est une des raisons pour lesquelles les antennes franciliennes de la FFMC appellent à manifester, le 1er février à Paris.

Maintenir la pression
« Les motards montreront qu’ils n’entendent pas se laisser balader au gré des promesses électorales », souligne Jean-Marc Belotti, coordinateur de l’antenne parisienne de la FFMC. « Maintenant, il faut du concret : que la mairie respecte ses engagements envers les 150.000 utilisateurs de motos et scooters qui circulent chaque jour dans la capitale. »

Les arguments de la FFMC pour l’appel à manifester le samedi 1er février 2014 à 14h (Esplanade de Vincennes)

Publicité
Publicité