JPEG - 7.3 ko
Voxan chez Merker Yshima
Depuis sa reprise par la filiale Merker Yshima, Voxan n’est plus une marque française, mais son savoir-faire reste.

Vendredi 1er février le tribunal de commerce de Clermont-Ferrand a rendu son jugement et accepté l’offre de reprise déposée par MerkerYshima au début du mois de janvier. Cette offre garantit à Voxan la pérennité de son activité ainsi que le maintien de son site de production à Issoire (Puy-de-Dôme).

La page la plus noire de l’histoire de la marque de moto française est donc tournée. MerkerYshima espère que Voxan sera capable de produire entre 20 000 et 30 00 motos par an dans un délai de 3 à 5 ans, ce qui reste un objectif ambitieux. L’investissement du nouveau propriétaire avoisinerait 30,5 millions d’euros sur deux à trois ans.

A Issoire, l’ambiance n’est pas pour autant euphorique : dans un premier temps, seuls 60 salariés sur 113 seront repris. Le plan social a été mis au point par l’administrateur judiciaire nommé par le tribunal de commerce lors du dépôt de bilan, Maître Gladel. La période de priorité à la réembauche des salariés licenciés a été portée de 12 à 24 mois. “Nous avons le désir de réintégrer les employés licenciés”, explique Christian Binot, responsable des fusions et acquisitions de MerkerYshima. “Ces embauches suivront notre développement. Nous sommes également en pourparlers avec la mairie d’Issoire afin d’obtenir des locaux plus grands sur le territoire de la commune”.

D’après nos informations, les 60 emplois conservés concernent en majorité le bureau d’études et les services administratifs. Les emplois à la production seront minimum au départ, puis croîtront en fonction de la reprise de l’activité, programmée sur plusieurs mois. En 2002, 800 motos seulement devraient sortir des chaînes d’assemblage.

Le service commercial serait rapatrié à Issoire, les bureaux de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) disparaissent. Les contrats avec les concessionnaires de la marque devront être renégociés. Le groupe devra également redéfinir les contrats de garantie des motos déjà vendues.

JPEG - 14.4 ko
Voxan : emplois maintenus
Selon Christian Binot, responsable des acquisitions chez Merker Yshima les employés seront ré-intégrés au fur et à mesure

Pour l’instant, ces aspects n’ont pas été dévoilés par le repreneur.
MerkerYshima est un conglomérat industriel spécialisé dans la construction de remorques de camions. Il compte 140 actionnaires ayant constitué un capital de 100 millions d’euros. Il a proposé au tribunal de reprendre les actifs de Voxan pour 5 millions de francs (0,76 millions d’euros) et d’apporter 1 million de francs supplémentaires (0,15 millions d’euros) de participation à la période d’observation, qui s’est étendue du 29 juin 2001 à janvier 2002.

Cette somme est loin de couvrir les créances de l’ancienne société, et encore moins les capitaux investis par les anciens propriétaires. Jacques Gardette sort donc par la petite porte de l’aventure Voxan.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité