La mise en place du nouveau système d’immatriculation des véhicules (SIV), le 15 avril dernier, connaît déjà ses premiers déboires : des retards importants dans la délivrance de nouvelles immatriculations sont apparues, provoquant la grogne des concessionnaires et des clients.

Le bug ne proviendrait pas de l’administration, qui s’est déchargé de cette tâche lors du changement de système, mais du nouveau logiciel de demande d’immat’ utilisé par la majorité des concessionnaires. Baptisé « Auto-Immat », ce programme de demande de certificats de véhicules neufs est tout simplement planté depuis sa mise en place.

Résultat : le service d’aide du ministère de l’Intérieur est submergé par les demandes . Les immatriculations provisoires ayant disparu, les clients ne peuvent rien faire d’autre qu’attendre, parfois plusieurs semaines. Seul Yamaha, qui a développé son propre logiciel, semble survoler le problème.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité