A deux points près, Loïc Larrieu – qui monte sur son premier podium mondial – échoue en deuxième manche. Le pilote Yamaha Ricci réalise devant son public une prestation de très bonne facture (4/5) même s’il va à la faute dans la seconde manche.

Journée plus difficile pour Gautier Paulin. L’ancien détenteur de la plaque rouge de leader connaît quelques difficultés à domicile. Handicapé par un mauvais départ dans la boue du premier acte, le pilote Kawasaki Bud Racing échoue à un huitième rang qui plombe son résultat global puisque la deuxième manche se passe mieux pour lui (4e). Le problème dans l’affaire est qu’il laisse échapper de gros points face à son compatriote Musquin dans la quête du titre MX2 et compte désormais 34 points de retard.

Ken Roczen ferme le top 5 en démontrant, encore une fois, que le talent n’attend pas le nombre des années. Victime d’une chute dans les premiers hectomètres de la première course, l’adolescent allemand effectue une belle remontée et prend la quinzième place dans des conditions d’adhérence plus que délicates. Nettement mieux parti (2e) dans la manche suivante, il s’accroche à cette place jusqu’au drapeau à damier.

Steven Frossard (7e), Valentin Teillet (8e) et Nicolas Aubin (9e) complètent le top 10 du classement final du GP devant le Portugais Goncalves (11e) très malchanceux ce week-end.

Max Nagl atomise la concurrence

Comme en catégorie MX2, un homme a dominé sans partage le MX1. Max Nagl offre à KTM un deuxième succès dans le GP de France en couvrant tous les tours de chaque manche en tête. Auteur de départs tonitruants, l’Allemand profite de sa position de leader – et d’une piste claire - pour s’échapper inexorablement et colle plus de dix secondes à ses poursuivants dans chaque débat. Au classement provisoire, alors que le cap de la mi-saison vient d’être dépassé, il réalise la bonne opération du jour en récupérant la troisième place au dépend, notamment, de De Dycker qui ne marque des points que dans une seule manche (3e) et de l’absence de Barragan, blessé à l’entraînement.

A ses côtés, sur le podium de l’épreuve se retrouvent les frères ennemis italiens, David Philippaerts et Antonio Cairoli. Le premier nommé, pilote Yamaha dans le team Rinaldi, grappille quelques longueurs sur son compatriote dans la course au titre MX1 grâce à deux prestations solides (2/4) où il n’a pas franchement cherché la gagne sur cette piste piégeuse.

Second également d’une manche en dépassant plusieurs de ses plus coriaces adversaires, c’est la septième place dans la boue de la première course qui prive Cairoli (Yamaha De Carli) d’un meilleur résultat. De son propre aveu, le jockey sicilien manque encore d’automatisme dans de telles conditions de course sur sa 450 cm3.

Côté français, l’attraction du jour est la participation ponctuelle de Mickaël Pichon dans le team Honda Martin suite aux absences prolongées des pilotes titulaires blessés, Strijbos et De Reuver. Devant un public tout acquis à sa cause, l’ancien double Champion du Monde a assuré de bonnes places malgré un manque de condition physique pour jouer la gagne. Dans la boue, son pilotage technique fait merveille et il termine au cinquième rang. Une chute au départ du second round anéantit ses espoirs de bien figurer mais le Sarthois, porté par les spectateurs enthousiastes, opère une remontée diabolique et finit en neuvième position. Il accroche la septième place du classement final et premier tricolore.
Pour David Vuillemin, les mauvais départs ont conditionné ses performances. Le pilote Bud Racing a rapidement dû s’arrêter pour changer de lunettes, repeint par les projections de boue dans le peloton et finit douzième. Victime d’une chute au début de la seconde manche, il ne peut mieux revenir que quatorzième dans les ornières et les trous.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité