Les temps forts du GP
- Début de course de folie de Johann Zarco qui a mené l’épreuve pendant sept tours. Le Français a fait vibrer les 105 000 spectateurs venus assister au Grand Prix de France. Un grand moment pour le sport moto français !
- Troisième succès de la saison pour Maverick Vinales qui s’empare de la tête du championnat du monde ;
- la chute de Valentino Rossi à trois virages de la fin alors qu’il luttait pour la victoire, ainsi que celle de Marc Marquez ;
- la superbe remontée de Dani Pedrosa.

Découvrez ci-dessous les déclarations des principaux protagonistes à l’issue de cette course.

Johann Zarco (Tech 3 Yamaha), deuxième
« Tout d’abord, je tiens à souligner le bon travail de Maverick pour sa victoire, la 500e de Yamaha. Depuis le début de la saison, je me sens bien sur les premiers tours. Je me suis donc dit qu’il fallait saisir cette opportunité.

J’ai roulé avec le pneu soft tout au long du week-end. Quelque part j’ai été chanceux, car il ne faisait pas aussi chaud que prévu au départ. En menant, je me suis souvenu du Qatar et je me suis dit : « Ok, ne commets pas la même erreur ». Maverick m’a ensuite doublé, il était très rapide, mais j’ai pu suivre le rythme.

Valentino était également très fort et à ce moment de la course, je me dirigeais vers une la troisième place. Mais je connais Le Mans, c’est un circuit étroit où tout est possible... Je suis resté concentré, je connais mes limites. Je savais que quelque chose pouvait se passer. Je termine sur le podium, tout en continuant d’apprendre, ce qui est génial. »

Maverick Vinales (Yamaha), vainqueur
« Je pense que c’est une des courses où j’ai rencontré les adversaires les plus forts. Johann était incroyable au premier tour… Je me suis dit que son pneu allait s’user, mais il était toujours rapide et le doubler n’a franchement pas été évident. J’y suis tout compte fait parvenu, après quoi j’ai essayé de m’échapper.

Au final, je voyais que l’écart restait le même, j’avais du mal à y croire. J’ai ensuite vu que Valentino avait pris la seconde place. Lequel tentait de me rattraper, ce qu’il a fait avant de me passer. Arrivé au dernier tour, j’étais dans son sillage. C’est à ce moment précis qu’il a commis une erreur. J’ai alors saisi l’occasion. Je savais que j’étais plus fort dans le troisième partiel.

Cela faisait un moment qu’une course ne s’était pas jouée sur le fil. Je fermais toutes les portes et je n’avais pas conscience qu’il avait chuté ; j’ai pris beaucoup de risques. Je m’attendais à du contact jusque dans l’ultime boucle, car je connais Valentino… Je suis ravi de retrouver la tête du classement après deux mauvaises courses. Le prochain rendez-vous au Mugello sera difficile, parce que Valentino y est toujours très fort. Mais c’est un circuit qui correspond à mon style et qui se prête assez bien à la Yamaha. »

Dani Pedrosa (Honda), troisième
« Le début de course s’annonçait compliqué. Toute la nuit, j’ai pensé à la manière dont j’allais négocier cette chicane Dunlop. Elle est si étroite qu’il est difficile de ne pas se toucher ou de commettre une erreur en partant de si loin. Qui plus est, les écarts ont tendance à se creuser très vite, même si vous êtes rapide. Gagner du terrain n’est donc pas une mince affaire.

Je savais toutefois que j’avais le rythme au regard de mes chronos du samedi. Cela m’a donné confiance, mais en même temps il fallait que je passe à travers cet enchainement de virages. Je suis resté concentré et au final mon départ fut correct, j’ai pu effectuer quelques dépassements. Au premier passage, je n’étais d’ailleurs pas si loin des leaders. Dès lors je me suis focalisé sur mon rythme.

C’était délicat face à Dovizioso, car il était rapide en sortie de courbe et incisif sur les freins. La manœuvre sur Cal était limite, je l’admets. Mais il a commis une petite erreur, je me suis dit que c’était le moment pour le passer. Malheureusement il est revenu sur la trajectoire et nous nous sommes touchés... Heureusement personne n’est tombé, mais je tiens à dire qu’il n’y avait aucune mauvaise intention.

J’ai ensuite rejoint Marc. Dans les derniers tours j’ai souffert de dribble, je ne pouvais pas revenir davantage. Et puis il y a eu ce « cadeau » de Valentino à la fin... C’est un sentiment fantastique d’être sur le podium aujourd’hui après m’être élancé de la 13e position. »

Loris Baz (Ducati Avintia), neuvième
« La course s’est bien passée. Nous n’avions pas trouvé de solutions à nos problèmes durant le warm-up. Nous avons donc décidé d’opter pour la configuration qui nous semblait la meilleure. Même si notre rythme n’était pas mauvais, nous savions qu’il fallait faire le dos rond. En étant le plus régulier possible, j’étais convaincu que nous arriverions à décrocher un bon résultat, ce que j’ai réussi à faire.

Pol (Espargaró) m’a gêné sur une dizaine de tours, mais je suis parvenu à m’en défaire. Je me suis ensuite bagarré avec Andrea (Iannone). Nous nous sommes livrés un joli combat que j’ai finalement remporté. Je termine neuvième, mon plus beau résultat sur piste sèche. Conclure le week-end dans ces circonstances laisse présager de bonnes choses pour la suite.

Nous allons réaliser des essais à Barcelone durant lesquels nous allons évaluer le dernier pneu qui sera proposé à partir du Mugello. Nous allons également en profiter pour trouver des solutions à nos problèmes avec l’avant de la machine et prendre de l’avance. »

Sylvain Guintoli (Suzuki), quinzième
« Je suis très content de marquer un point pour son épreuve nationale. Nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de rouler sur le sec, mais je pense que nous nous en sommes finalement bien tirés malgré les circonstances. C’était un immense plaisir que de courir au guidon de cette GSX-RR devant mon public.

Je n’ai pas terminé très loin d’Andrea, ce qui est positif. Mon objectif était de finir à moins d’une minute du vainqueur et j’y suis presque arrivé. Je dois continuer de travailler afin de m’adapter au style de pilotage d’une MotoGP. Je me suis également très bien entendu avec l’équipe. C’est comme un rêve devenu réalité pour moi. »

Valentino Rossi (Yamaha), abandon sur chute
« C’est dommage, car c’était probablement mon meilleur week-end depuis le début de la saison. Dès vendredi je m’étais montré compétitif - y compris sur le mouillé - et ce dimanche je l’étais particulièrement. Même si le rythme était élevé, je me sentais bien sur la moto, j’avais un bon feeling.

En fin de course j’ai donc essayé d’attaquer. Malheureusement dans le dernier tour, j’ai tiré un peu large au Garage Vert, ce qui a permis à Maverick de repasser. Mais il restait très proche et je savais que j’étais rapide dans le dernier secteur, autrement dit qu’il y avait encore un espoir. Nous ne comprenons sincèrement pas ce qui s’est passé.

Habituellement, vous devez faire attention à l’avant, mais ici j’ai perdu l’arrière. Toujours est-il que j’ai commis une erreur et c’est ainsi. C’est vraiment dommage de quitter le circuit sans avoir marqué le moindre point. Par-dessus tout, je suis désolé d’être passé à côté d’une éventuelle victoire et de perdre la tête du classement provisoire. Nous devons désormais penser au prochain tracé où j’espère pouvoir me sentir aussi bien. »

Marc Marquez (Honda), abandon sur chute
« Ce dimanche fut loin d’être le meilleur. J’étais vraiment focalisé sur le fait de finir ma course, c’est dommage. Déjà samedi, je ne m’étais pas senti très à l’aise avec le pneu avant, tout particulièrement dans le premier secteur. Je connaissais mon rythme, a contrario je savais que les Yamaha allaient être fortes en course. Mais mon objectif était de me battre pour une quatrième ou une cinquième place et d’être compétitifs jusqu’à la fin.

J’ai essayé d’être prudent, mais pour certaines raisons j’ai perdu l’avant. J’ai été surpris par cette erreur, mais chose positive, nous ne sommes qu’à 27 points. J’espère que le nouveau pneu Michelin me mettra plus en confiance. Nous devons travailler dur pour essayer de revenir mais je suis impatient de faire de meilleures courses. »

crédit photo : motogp.com

Publicité

Commentaire (1)

Publicité