En images

Poignées chauffantes : risque peu probable Poignées chauffantes : Saito, suffisantes en ville Test poignées chauffantes : épreuve d’étanchéité Poignées chauffantes : les tests de chauffe
Article

Ces poignées sont en effet produites à l’identique depuis longtemps et l’un de ces kits a parcouru plus de 100.000 km, dont 50.000 en fonctionnement sur le guidon d’un essayeur. 35 € pour un tel service ne sont pas une ruine. Bien sûr, et même si ces poignées obtiennent le meilleur rapport qualité/prix, ce ne sont pas celles qui chauffent le plus, ni celles qui offrent le régulateur le plus chic et high-tech.
Pour celles-là il faudra investir le double sinon le triple (70 à 95 €). Qui a dit c’est énorme ? C’est vrai, la différence est importante mais que dire alors des poignées chauffantes en option d’origine chez certains constructeurs ? Là, il faut compter entre 200 et 350 €…

Cahier des charges

En bonne logique, de bonnes poignées chauffantes doivent procurer une chaleur suffisante pour éviter de se geler sans pour autant risquer se brûler. Et la consommation électrique doit rester raisonnable pour éviter de vider la batterie lorsque l’alternateur ne fournit pas assez (ville, moteur au ralenti) pour tout ce qui doit être alimenté en permanence sur la moto. Allumage électronique, Injection électronique, feux (parfois doubles) allumés en permanence, c’est fou ce que tout ça pompe sur une moto moderne.

Sans oublier que plus on demande de watts à l’alternateur, plus le moteur thermique qui l’entraîne consomme de carburant. Enfin, pour limiter les pertes d’attention, le maniement des interrupteurs, commutateurs ou régulateurs doit être instinctif et facile avec des gants épais. Le matériel étant, sur route, exposé en permanence aux intempéries et à la poussière, il doit être parfaitement étanche.

Prise de test

Chauffe et consommation : Branché sur une batterie auto (plus forte que les plus grosses batteries moto), chaque kit a été testé sur un même guidon dans un local non chauffé (0°). Entre deux tests de poignées différentes, une attente a permis de laisser le guidon revenir à sa température initiale. La consommation sur les diverses positions de chauffe offertes par les différents boîtiers est mesurée à l’aide d’un ampèremètre.

La température a été mesurée à l’aide d’un thermomètre laser tout au long de la montée en chauffe, et sur divers points de chaque poignée droite et gauche. La plupart des poignées atteignent leur maximum en moins de cinq minutes sur un trajet urbain lent, et trois minutes sur un trajet rapide, l’alternateur fournissant généralement son maximum à partir de 2000 tours.

La régularité des performances a été vérifiée toutes les dix minutes durant une demi heure après l’obtention du maximum sur chaque position des commandes.

Étanchéité du boîtier de commande : Poignées en chauffe maxi (ampérage maxi) chaque boîtier a été totalement immergé dans l’eau durant cinq minutes. Aucun d’entre eux n’a délogé ni manifesté de réaction louche (émission de bulles, ou de substance troublant l’eau). Chez tous les fabricants, de sérieux progrès ont été faits.

Confort d’utilisation : Cela comporte non seulement le maniement des interrupteurs et régulateurs avec les gants, mais aussi la facilité d’installation, la qualité de l’information. Le matériel a été essayé tant par des motards habitués de longue date à ces accessoires que par des néophytes.

« Les poignée chauffantes, ce n’est pas forcément la panacée, mais quand on en a monté une fois, on se demande comment on a fait jusque-là pour s’en passer. » Ces mots sont ceux de Phil Defer, rédacteur de la rubrique mécanique de Moto Magazine et « roule-toujours » devant l’éternel. Pour savoir quel est réellement le matériel chauffant correspondant à ses besoins, il faut réfléchir rationnellement à l’usage hivernal (urbain, routier ou polyvalent) que l’on fait ou veut faire de sa moto.

Une réflexion pour laquelle la lecture du n° 263 de Moto Magazine sera d’une aide précieuse, puisque dans le même numéro (actuellement en kiosque) sont également testés les gants d’hiver et les gants chauffants autonomes, des conseils étant même prodigués concernant les manchons.

 - 
Publicité
Publicité