En images

Jason Bourne est Jean Pierre Goy Cascade moto : JP Goy tourne aussi en France Jason Bourne : Jean-Pierre Goy forme les acteurs Jean-Pierre Goy : moto et cinéma

Mon rôle était donc de le former et de le "babysitter" autour de la moto... C’est une des nouvelles phases de mon travail. Dans le dernier Batman par exemple, j’ai dû former la championne de motocross canadienne Jolene Van Vught à piloter la bat-pod pour doubler Catwoman : pas facile ! »

 BABYSITTING D’ACTEUR

Motomag : Rassure-nous, tu as tout de même réalisé quelques belles cascades dans ce film ?

J.-P. Goy : « Lors du lancement d’un film, il est de bon ton de dire que l’acteur a réalisé l’essentiel de ses cascades même si souvent ce n’est pas totalement vrai. Dans le cas de Jason Bourne, honnêtement, Jeremy Renner a bien assuré, et a réalisé quasiment toutes les scènes dans le trafic ! J’espère que les spectateurs reconnaîtront mon style qui, j’espère, plaira au public. »

Motomag : Nous n’avons malheureusement pas encore vu le film, uniquement les teasers. Dis-nous en un peu plus sur les scènes de cascades que l’on pourra découvrir dans ce film.

J-P Goy : « Moi non plus je ne l’ai pas encore vu ! (rire) J’irai le voir ce soir, tranquillement avec ma femme et ma fille au cinéma de Bourgoin-Jalieu (avis aux fans). Concernant les scènes, il y en a deux qui m’ont particulièrement marquées. Le réalisateur Dan Bradley, qui roule en BMW GS Adventure, avait vraiment envie de voir de nouvelles cascades, du jamais vu. Regardez le film et dans quelque temps, je vous expliquerai comment j’ai réalisé toutes ces cascades. Aujourd’hui, malheureusement, je suis encore tenu au secret... je peux simplement vous dire qu’il y a du pilotage de grande précision.

JAMES BOND, BATMAN ET MAINTENANT JASON BOURNE...

Motomag : As-tu une marge de manœuvre et des possibilités de modification lors de la réalisation de tes cascades ?

J-P Goy : « Étonnement, très peu. Il faut coller au maximum aux désirs des réalisateurs. Mon rêve serait de pouvoir participer à l’élaboration des courses poursuite et des cascades le plus tôt possible, lors des repérages par exemple, où je pourrais faire jouer mon imagination et proposer divers solutions auxquelles un non-motard et/ou non-cascadeur n’aurait pas pensé... Parfois j’arrive à ajouter ma patte au dernier moment, mais je trouve que les équipes américaines sont assez frileuses, ou s’attachent à des détails visuels au détriment de vraies cascades, plus impressionnantes ou plus réalistes. Prendre en charge toute une séquence fait parti de mes rêves cinématographiques ! Imaginez un peu, avec toutes les autorisations que le cinéma permet d’obtenir, les budgets quasi illimités et la possibilité de créer des décors spécifiques ou de sculpter le lieu de tournage en fonction de la cascade ! Je rêve aussi de jouer mon propre rôle et non une doublure, juste une fois, pour rigoler. Yves Régnier me l’avait fait miroiter lorsque je réalisais les cascades dans la série TV "Commissaire Moulin", mais ça n’est jamais arrivé... Il n’a peut-être pas osé me dire que j’étais mauvais acteur ? (rire) »

DEVANT ET DERRIÈRE LA CAMÉRA

Motomag : En parallèle de ton activité de cascadeur tu as développé un système de caméra portée sur un quad et une moto afin de réaliser des plans en poursuite. Est-ce un moyen de mettre un pied dans la réalisation ?

J-P Goy : « Effectivement, grâce à cette caméra sur deux ou quatre roue, j’arrive à apposer ma patte sur certain film. Sur le tournage de "Captain America" par exemple, je me souviens du visage du réalisateur de Joe Johnston lorsqu’il a vu mes plans en course poursuite avec une voiture en travers. J’arrive à être au plus près de l’action, c’est assez spectaculaire à regarder, car le quad transporte la caméra, mais aussi les machinistes qui doivent la faire fonctionner : il faut être ultra précis dans le pilotage, interdiction de se louper ! C’est dans cette configuration que j’ai poursuivi Leonardo Di Caprio dans “Inception”, Tom cruise dans "Night and Day" ou réalisé les plans introspectifs du loup dans "Wolfman". De bons souvenirs ! »

Motomag : Quels sont tes futurs projets cinématographiques ?

J-P Goy : « Il est toujours difficile de parler des films de grosses productions qui ne sont pas encore sortis, je peux simplement vous dire que j’ai réalisé certaines cascades du dernier James Bond, qui sort en octobre prochain. On aura évidemment l’occasion d’en reparler. Je travaille aussi beaucoup sur mon école de pilotage enduro, la "GS School”, où je propose des stages d’initiation à la conduite de gros trails routiers de toute marque sur terre... Mais vous le savez, puisque l’équipe de Moto Magazine a participé à l’un de mes stages cet été !”

« Jason Bourne : L’Héritage » est en salle. Retrouvez aussi l’interview de Jean-Pierre Goy diffusée dans le Journal de 12h45 sur M6, le 18 septembre 2011 sur le M6player à (16 minutes) ici.

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité