Face aux accidents graves et parfois mortels de randonneurs motocyclistes ou cyclistes dus à des obstacles invisibles placés dans des lieux de circulation, l’ancien ministre Michel Vauzelle (député des Bouches-du-Rhône) a déposé, en novembre 2010, une proposition de loi visant « à interdire l’usage de clôtures et barrages non correctement visibles et signalés en travers des lieux de passage ». Le Codever (Collectif de défense des loisirs verts) et la FFMC soutiennent ce projet de loi et attendent avec impatience qu’il soit étudié.

Un jeune motard, âgé de 19 ans, est décédé le dimanche 13 mars 2011 après avoir chuté avec sa machine, au Ménil-Hubert-sur-Orne (61). Randonneur tout-terrain, il ouvrait la voie à un groupe d’amis et n’a pas vu une chaîne qui barrait le passage d’un chemin privé. Selon le Codever, ces accidents se multiplient. Récemment, un vététiste a eu le visage déchiré par des barbelés situés en travers d’un chemin, entre 1,20 et 1,70m du sol. En février dernier, en Ile-et-Vilaine (35), un fil de fer tendu a 1,70 m de haut a blessé un quadeur.

Si les chaînes tendues en travers des chemins ne sont pas toujours très visibles ou bien signalées, elle sont rarement disposées dans l’intention de nuire, à hauteur de buste, de gorge ou de visage. Ceci n’est pas le cas des fils de fer et a fortiori des barbelés disposés à plus d’un mètre du sol, à des hauteurs sans équivoque quant aux intentions fermes du poseur de donner « une bonne leçon » pour qu’on « ne recommence pas ».

Ceci est effectivement très réussit lorsque le motard, ou le cycliste, est paralysé ou décédé. Pour connaître et mieux soutenir cette proposition de loi destinée à préserver la sécurité des randonneurs, rendez-vous sur le site du Codever.
Le site des produits FFMC

Publicité
Publicité