Bombés, « plastiqués », martelés, ensachés, découpés au chalumeau ou encore bourrés de mousse polyuréthane (photo)… Depuis leur apparition fin 2003, des dizaines de radars automatiques placés sur les routes françaises ont fait les frais de l’exaspération d’usagers de la route.

Le dernier en date à avoir été détérioré se situe sur l’autoroute A31, près de Thionville, en Moselle. Plus que détérioré, on lui a, à jamais, retiré toute possibilité de remplir sa fonction salutaire au service de la sécurité routière. Victime d’une agression d’une rare violence, il a été tronçonné au niveau du pied. Il aurait été achevé par les coups d’un objet contondant portés sur son disque dur, probablement une masse. La terrible attaque du malheureux appareil se serait déroulée dans la nuit du 12 au 13 février.

Selon France Info, le préjudice serait évalué à 80.000 euros, soit approximativement le prix de l’appareil. Ce radar était l’un des plus « productifs » de France : 245 flashs en moyenne par jour. Le ou les agresseurs n’ont pas encore été identifiés. Ils encourent une peine de 3 ans de prison et une amende de 7.500 euros. Pourvu qu’il n’y ait pas de dysfonctionnement dans la « chaîne judiciaire »...

(Photo d’illustration)

Publicité
Publicité