En images

Stationnement à Marseille : l’exemple barcelonais Stationnement à Marseille : la police veille Stationnement à Marseille : les 2-roues dans la mire Stationnement à Marseille : emplacements dédiés

Approche amicale

« Malheureusement, les agents affectés à la surveillance de la voie publique constatent trop souvent que ces emplacements sont peu ou mal respectés. La Ville de Marseille lance une campagne d’information auprès des conducteurs de 2RM afin de les inciter à respecter ces emplacements qui leur sont dédiés. »

Appel au civisme

« Le but n’est pas de dissuader les deux-roues de se rendre en centre-ville, bien au contraire », assure Laure-Agnès Caradec, adjointe au maire en charge de la voirie, de la circulation et du stationnement. « Il s’agit d’ordonner le stationnement pour qu’il ne soit pas anarchique. Le stationnement gênant pénalise gravement la mobilité des piétons notamment des personnes âgées ou en situation de handicap et des parents avec des poussettes. Il peut aussi parfois gêner les commerçants. En mettant en place ce dispositif, la Ville de Marseille lance avant tout un appel au civisme. »

Fin de l’indulgence

Mais de la communication à la verbalisation, il n’y a qu’un pas… L’élue s’empresse de rappeler que le stationnement gênant (sur le trottoir) constitue une infraction au Code de la route passible d’une amende. Sur le Vieux Port, la verbalisation est indispensable et déjà en cours. Sur le reste de l’hyper-centre, après cette campagne de sensibilisation, la municipalité n’exclut pas de passer à une phase de verbalisation si les mauvais usages demeurent. « Cette démarche contribue à marquer la fin d’une période d’indulgence vis-à-vis de ces délits routiers », conclut la mairie.

De quels emplacements parle-t-on ?

Une position de fermeté, qui sert à montrer aux résidents que la mairie agit. Est-elle sur la bonne voie ? « D’après la mairie, il y aurait 400 places dédiées aux 2RM autour du Vieux Port, reste à savoir si toutes sont réellement utilisables », répond Philippe, coordinateur de l’antenne des Bouches-du-Rhône de la Fédération française des motards en colère (FFMC 13). « À Marseille, beaucoup ne le sont pas : les emplacements sont en dévers, trop courts ou pas assez larges pour béquiller la moto ! De plus, le nombre de places est de seulement 700 dans la ville, ce qui est insuffisant. C’est moins qu’à Aix-en-Provence ! »

Beaux discours…

Le militant motard pointe un autre problème : « La mairie affirme faire des efforts envers les 2RM, mais les pavés utilisés pour refaire la voirie autour du Vieux Port sont glissants et se transforment en savonnettes à la moindre goutte d’eau ! La Ville n’a rien trouvé de mieux, pour isoler les couloirs de bus, que d’installer des demi-sphères en métal : dangereux pour les deux-roues. »

Plus de places !

« Nous faisons régulièrement passer le message auprès des motards : avoir un stationnement cohérent sur des trottoirs, où ça ne gène pas les piétons, poursuit Philippe. Mais il faut construire plus d’emplacements. Nous allons prendre contact avec la mairie, qui ne nous a pas contactés avant cette campagne. Iront-ils jusqu’à une intolérance totale ? La crainte, c’est que cette opération visant les 2RM aboutisse à une chasse aux sorcières. »

Sujet sensible

La mairie s’est attaquée, un peu en catimini pendant l’été, à un sujet sensible… Si elle parvient à avancer dans la concertation avec les associations représentant les usagers, elle parviendra peut-être à trouver une solution qui convienne à tous.

Publicité
Publicité