En images

Autoroutes au Maroc : motards mobilisés

Parti-pris

La justification apportée par la société ADM est loin de satisfaire les « motards et motardes en colère », outre-Méditerranée. ADM estime, entre autres, que la demande des motards « n’est pas fondée sur des raisons économiques et financières recevables », et que « les motos profitent des mêmes avantages que procure l’infrastructure autoroutière aux autres catégories de véhicules ».

Sécurité

Les associations rappellent que leur demande s’appuie avant tout sur des motivations sécuritaires et techniques. « L’autoroute est jusqu’à sept fois moins accidentogène que le reste du réseau routier », expliquent-elles. Il est donc normal que « ADM les y attire par une politique tarifaire adaptée… au lieu de les pousser vers les routes nationales qui sont les plus meurtrières ».

Exemple français

Les motards marocains s’appuient par ailleurs sur l’exemple français, qui reconnaît que, « avec leur poids et leur surface au sol réduite, les deux-roues ont moins impact sur les chaussées que les automobiles et les camions ». ADM réfute cet argument technique. Les motards rappellent, enfin, qu’ils ne demandent pas « la gratuité du péage » et ne sont pas opposés à « participer au financement des autoroutes et à leur entretien ».

Au-delà des frontières

Outre le ministre des Transports marocain, ces usagers ont obtenu l’appui de la FEMA (Fédération européenne des associations de motards), ainsi que de l’association des consommateurs marocains Uniconso.

Toujours mobilisés

Même si ce geste est très encourageant pour nos amis motards, ils tiennent à rester prudents. Tant que la société ADM n’aura pas déclaré qu’elle met en place ce tarif spécial deux-roues motorisé, la manifestation du 6 octobre prochain est maintenue.

Publicité
Infos en plus
Publicité