En France, la croissance des immatriculations de véhicules neufs de 125 cm3 et plus a été vigoureuse en 2016 qu’en 2015, avec un volume total de 151 759 unités et une croissance de +7,5 % par rapport à 2015.

« Un niveau jamais atteint depuis 1999 », constate Thierry Archambault, président délégué de la Chambre syndicale des importateurs auto et moto en France.

La CSIAM attribue cette hausse à un redémarrage de l’économie française, mais aussi à l’évolution réglementaire : « L’année 2016 a été marquée par la fin de la limitation à 100 chevaux et l’application de la norme Euro 4 aux motocycles supérieurs à 50 cm3, à compter du 1er janvier 2017, souligne Thierry Archambault.

Ces deux règlements ont eu des répercussions importantes sur le marché avec un fort ralentissement des immatriculations des motos de plus de 125 cm3 durant le premier trimestre 2016, et un soutien des immatriculations durant le dernier trimestre, certains modèles (Euro 3) devant être immatriculés « sur stock » avant le 31 décembre ».

Après un mois de novembre déjà exceptionnel (+24,7 % par rapport à novembre 2015), décembre a crevé le plafond avec +65,3 % d’immatriculations.

Explications : le levier Euro 3

Le changement de norme Euro a des conséquences sur le marché français de la moto et du scooter. À partir de janvier 2017, les motos neuves vendues sur le sol français doivent répondre, comme dans toute l’Europe, aux émissions correspondant à la norme Euro 4.

Le gouvernement français a accordé aux importateurs de motos une dérogation : ils ont jusqu’au 31 décembre pour écouler leur stock de motos neuves Euro 3. En respectant un système de quotas : 10 % des ventes des deux dernières années, ou 100 machines par modèle.

Cela explique le bond de 65 % des ventes en décembre 2016 par rapport à déc. 2015 : au dernier trimestre, les importateurs de motos ont fait immatriculer (par leur réseau) beaucoup de véhicules Euro 3. Charge aux concessionnaires de les vendre ensuite, soit neufs dans la limite des quotas, soit en offre promotionnelle de type « occasion à 0 km ».

« L’effet accélérateur lié à Euro 3 est important, confirme Eric de Seynes, président de la branche 2-roues de la CSIAM et DG Yamaha Motor Corporation. Sur les 7,5 % de croissance cela concerne 4 % ».

Guettez les promo, elles risquent d’être alléchantes sur les modèles Euro 3.

Quelles conséquences en 2017 ?
En 2017, les importateurs attendent une consolidation de la belle année 2016. « Tous les segments progressent, se félicite Eric de Seynes. On assiste à un effet de renouvellement du parc de motos et scooters en circulation ».

Les importateurs restent optimistes. « L’environnement social et économique reste sous tension et les élections pourraient créer un attentisme des consommateurs, prédit Thierry Archambault. Toutefois les tendances de fond du marché devraient perdurer :
- faible croissance ou stagnation du segment des 50 cm3,
- progression des immatriculations pour les 125 cm3,
- stabilisation ou faible croissance des plus de 125 cm3 après une année 2016 particulièrement dynamique,
- stabilité des volumes tricycle et quadricycle »
.

Dossier « Marché 2-roues » sur Motomag.com

- Le marché français en chiffres
- Bridage à 47,5 chevaux : le marché français a-t-il souffert ?

Publicité

Commentaire (0)

Publicité