En images

Manuel Valls suspend le décret Le député Armand Jung devient président du CNSR Peu favorable aux radars pédagogiques Sécurité des motards : l’équipement au centre des débats Suspension du décret brassard, que du bon sens
Article

Désaveu.
Un décret, paru le 4 janvier 2012, imposait entre autres mesures, le port obligatoire, à partir du 1er janvier 2013, d’un dispositif rétro-réfléchissant de 150 cm2 par tout conducteur ou passager d’une moto de cylindrée supérieure à 125 cm3. Une décision prise, en urgence en décembre 2011, par Jean-Luc Névache, alors délégué interministériel à la sécurité routière. Un pis-aller, après la cascade de couacs créés par le gouvernement de l’époque…

Couacs en série.
En mai 2011, un Comité interministériel de sécurité routière (CISR) présidé par François Fillon (premier ministre) et Claude Guéant (ministre de l’Intérieur), annonçait le port obligatoire d’un gilet rétro-réfléchissant à moto. Après plusieurs manifestations monstres de motards, le gilet rétrécissait en brassard… La nouvelle équipe gouvernementale a donc clairement désavoué celle qui la précédait.

Non-sens.
« Nous sommes très satisfaits de cette annonce car ce fameux brassard était un non-sens », a expliqué France Wolf (voir la vidéo ci-jointe), membre du bureau national de la Fédération française des motards en colère (FFMC), association qui représente désormais les conducteurs de deux-roues motorisés au CNSR, aux côtés de la Fédération française de motocyclisme (FFM) et d’Axa-Club 14.

Suspension, pas suppression.
Attention, le décret n’est que suspendu, dans l’attente d’une évaluation. Mais la FFMC est optimiste quant à l’abrogation de ce règlement, qui ne constitue pas une solution sérieuse au problème de perception des motards par les autres conducteurs, d’après plusieurs experts.

Visibilité des motards.
Cette question demeure cruciale dans l’objectif de réduire le nombre de décès sur la route, comme demeure celle du port d’équipements de sécurité par les motards, tels un blouson, des bottes et des gants homologués. Les discussions de la commission 2-roues motorisés du CNSR, en début d’année 2013, porteront autour de ces problématiques.

D’autres mesures en 2013.
Car, le CNSR travaillera sur les motos et les scooters : « Les conducteurs de deux-roues motorisés et spécialement les motocyclistes feront l’objet de toutes les attentions car ils utilisent un mode de déplacement qui les rend particulièrement vulnérables : les motocyclistes représentent, en 2011, 23 % des usagers de véhicules à moteur tués sur la route », a souligné le ministre.

Le brassard semble enterré, mais d’autres mesures viendront. Souhaitons qu’elles seront prises après une vraie concertation avec les associations représentant les usagers. Et qu’elles auront une réelle incidence sur la sécurité des motards.

 - 
Publicité
Publicité