En images

visuel visuel visuel visuel visuel

Quelque 250 motards, venus de tout le département du Lot-et-Garonne, se sont rassemblés sur l’esplanade du Gravier, à Agen (47), le 21 mai dernier. Objectif de la Fédération française des motards en colère du Lot-et-Garonne (FFMC 47), montrer le mécontentement des motards à propos de la mise en place d’un contrôle technique pour les motos et scooters lors de la revente, que veut imposer le gouvernement à l’horizon 2017.

Inutile en termes de sécurité routière
« Les pouvoirs publics justifient cette mesure par une amélioration de la sécurité routière, c’est entièrement faux, s’exclamait Jérôme Pentolini, coordinateur de la FFMC 47. Les études le démontrent, l’état du véhicule n’est en cause que dans 0,3 % des accidents ».

Convaincre
Dans un concert de klaxons et de rugissement des moteurs, le cortège de motos s’est rendu à la permanence parlementaire de plusieurs élus locaux. À Marmande à la permanence de Régine Poveda, députée PS, trois représentants de l’antenne FFMC 47, dont Jérôme Pentolini, ont été reçus par l’attaché parlementaire de l’élu, Tarik Laouani. Les motards ont pu exposer leurs arguments contre le contrôle technique 2-roues, et le défaut de cette mesure qui n’aura aucun impact sur la sécurité routière.

Portes closes
Les manifestants se sont ensuite rendus à Villeneuve-sur-Lot, à la permanence de Jean-Louis Coste, député LR. Sur place, ayant rencontré un refus d’être reçus, les militants ont décoré l’extérieur du bâtiment et fermé « définitivement » les portes du local à l’aide d’une chaîne et d’un cadenas.

Une pierre deux coups
Profitant de leur sortie « pédagogique » du jour, les motards se sont déplacés jusqu’à Laroque Timbault, petit village qui présente la particularité d’avoir des ralentisseurs hors normes de plus de 20 centimètres de haut !

« Nous avons laissé le temps à la commune de tenir ses engagements, et de raboter les ralentisseurs, explique Jérôme Pentolini. Mais l’engagement du maire de la commune n’a pas été tenu. Des travaux ont bien été faits pour installer des feux tricolores et enlever les passages à niveau, mais rien concernant les dos d’ânes ».

Les militants ont procédé au marquage de l’infrastructure dangereuse à l’aide de peinture non glissante, pour interpeler à nouveau les autorités locales pour qui la responsabilité sera engagée en cas d’accident grave.

Les 250 manifestants ayant répondu à l’appel de la FFMC 47 ont donc mené plusieurs actions de concert, sous un concert de klaxons, ce 21 mai. Et promettent de renouveler l’opération si d’aventure ils avaient l’impression de ne pas être écoutés !

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité