Mathew B. Crawford est un universitaire américain qui lâche sa vie de travailleur tertiaire très bien payé pour devenir réparateur de motocyclettes. Un parcours rappelant celui de Pirsig, auteur du « Traité du Zen et de l’entretien des motocyclettes » (1974).

Travail manuel
Crawford donne une analyse philosophique, non dénuée d’humour, du rapport entretenu par la société occidentale avec le travail en général et le travail manuel en particulier. Il démontre combien le travail manuel incite à la réflexion intellectuelle. Combien tous ces métiers de la réparation qui comptent aujourd’hui parmi les moins cotés sont utiles… En bon philosophe, il démonte les mécanismes de la société consumériste.

Malgré quelques défauts de traduction…
Nous recommandons ce livre, même si les passionnés de mécanique s’esclafferont aux imprécisions de traduction de termes techniques concernant la moto. Manifestement les « intellectuels » traducteurs n’ont pas beaucoup cherché. Une illustration fortuite de la justesse du propos de l’auteur…

Essai : « Éloge du carburateur », par Mathew B.Crawford ; 252 pages, 22x13,6 cm ; éditions de La Découverte, 19 €.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité