4 radars sur les 5 sont en fonctionnement sur le périphérique parisien depuis deux mois. Malgré cela les chiffres d’accidentologie n’ont pas bougé d’un iota.

Les premiers chiffres ont été communiqués le mardi 24 février 2004, par Chistophe Bay, le directeur adjoint du préfet de Police. En janvier 2004, 165 accidents ont eu lieu sur le périphérique, soit exactement le même nombre qu’en 2003 !

Les chiffres du mois de février sont quasiment identiques, puisqu’en février 2003 il s’est produit 143 accrochages contre 138 en 2004.

Malgré ce constat sans appel sur l’inefficacité des radars, la Préfecture de Police relativise ces chiffres car, selon elle, « il est trop tôt pour tirer un bilan de l’effet radar. Le périphérique n’est pas totalement équipé. Nous pourrons tirer des conclusions uniquement lorsque toutes les machines seront en fonctionnement, c’est-à-dire au courant du mois de mars. »

Etant donné que 4 radars sont en fonctionnement sur les 5 que compte le périphérique (Porte de Clichy, Porte d’Ivry, Porte de Brancion et Porte de Pantin), on est en droit de se demander si la Préfecture de Police n’essaye pas d’enfumer les esprits.

La FFMC rappelle que « les pays qui ont mis en place un système de contrôles de radars automatisés n’ont vu aucune baisse de l’accidentologie. » En Angleterre par exemple, le nombre de PV dressés en 2002 a passé le cap du million, soit 20% de plus par rapport à 2001. Ce n’est pas parce que les anglais se sont mis à conduire plus mal, mais tout simplement par ce que le nombre de radars a été augmenté de manière très significative.
Les statistiques sont là pour le prouver, en Grande Bretagne en 2002, 3431 personnes sont mortes dans des accidents de la route, soit la moitié du bilan de la France à la même période.
L’un des records en matière de PV est détenue par la Police de l’Essex. En 2001 elle a dressé 104.000 PV contre 62.000 l’année précédente, soit une augmentation de 67 % ! Tout simplement parce que les PV autofinancent le rachat de nouveaux radars et la police anglaise ne se prive pas de cette manne financière. Cherchez l’erreur.

Pendant ce temps, les radars automatiques sur le périphérique parisien ont plus de 16.000 PV à leur actif depuis leur mise en service (dont 4.019 pour celui de la Porte de Pantin, le seul à flasher par l’arrière).

Enfin, lors de la réunion du 24 février avec les associations d’usagers de la route, la Préfecture de Police de Paris a indiqué qu’il n’était plus question d’augmenter la vitesse sur le périphérique, comme le Préfet Jean-Paul Proust l’avait envisagé un moment.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité