En images

Manifestation FFMC 17 du 27 février 2016 : signalisation des points noirs Manifestation FFMC 17 : la départementale tueuse Manifestation FFMC 17 : les poteaux électriques en cause Manifestation FFMC 17 : non aux infrastructures routières dangereuses !

Sami, un chasseur alpin de 24 ans, est décédé le 25 septembre 2015. Il circulait sur la route départementale RD938ter, entre les communes de Marans (Charente-Maritime) et l’Ile d’Elle (Vendée) lorsque sa moto a été déstabilisée par une ornière comme il en existe beaucoup sur les routes de cette région. Dévié de sa trajectoire, le véhicule a quitté la route et Sami est mort en percutant un poteau téléphonique trop proche de la chaussée.

Destin tragique d’un motard ordinaire, victime de sa passion. Un décès presque banal pour les autorités locales, visiblement peu émues : un motard, après tout, il prend des risques… Face à cet immobilisme, l’antenne de Charente-Maritime de la Fédération française des motards en colère (FFMC 17), accompagnée de l’antenne des Deux-Sèvres (FFMC 79), a décidé d’organiser une manifestation, samedi 27 février 2016, en mémoire de Sami mais aussi pour souligner la dangerosité de cette départementale.

Route dangereuse
« Le tronçon entre la ville de Marans et L’Ile-d’Elle représente seulement 3 km, poursuit Jean-Marc. C’est une route très empruntée par les véhicules et les camions qui quittent l’autoroute pour rejoindre La Rochelle. La chaussée est vraiment très détériorée, certains usagers fond carrément des écarts, débordant sur la voie inverse ou dans le fossé. C’est un risque accru d’accident ».

Seule réponse : réduction de la limitation de vitesse !
Une cinquantaine de motards ont répondu présent pour demander plus de moyens en terme de sécurité routière. « Le 24 octobre 2015, un mois après l’accident de Sami, nous avons mis le président du Conseil Général 17 en demeure de procéder à la réfection de la chaussée, explique Jean-Marc Jucker, coordinateur de la FFMC 17. Le seul résultat que nous avons obtenu, c’est que la vitesse a été abaissée de 90 à 70 km/h ».

L’entretien des routes est négligé en Charente-Maritime
Côté entretien de la route, en cette fin février 2016, 5 mois après le sinistre, la FFMC 17 constate que les ornières sont toujours là, et avec elles : « le risque de perte de contrôle d’un 2-roues, même à vitesse modérée. Et ce n’est pas le radar mobile-mobile, régulièrement déployé dans le secteur, qui les fera disparaître ». C’est une vraie différence avec la Vendée, département voisin, où les routes sont en bien meilleur état. Certainement une question de priorité budgétaire…

Marquage au sol
Les militants de la FFMC 17 ont marqué, à la peinture orange fluo, les dégradations constatées sur la chaussée de la RD938ter entre Marans et l’entrée de L’Ile-d’Elle. La gendarmerie ayant bloqué cette portion de route en amont au moment de la manifestation, les motards ont pu aller à la rencontre des autres usagers afin de leur distribuer des flyers explicatifs sur les raisons de cette action.

Plus jamais
Les motards ont rendu un dernier hommage à Sami avant de se disperser. « Il faut continuer le combat pour éviter que de nouveaux drames se produisent », concluait Thierry, militant de la FFMC 14 et bel-oncle de Sami, qui n’a pas hésité à venir de Normandie pour exprimer sa colère.

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Publicité