Espace abonné

NOUS SUIVRE SUR LE WEB

flux RSS Motomag Nous suivre sur Facebook Twitter avec Motomag Google+ avec Motomag Chaîne YouTube Motomag

Abonnement et réabonnement à Moto Magazine et ses Hors-Séries

RECEVEZ LA NEWSLETTER

Etapes et hébergements Moto Magazine

 Petites annonces 

Questionnaire occasion

Promo Boutique

Vos blogs

Créer un blog


Casque d’âne

ANNUAIRE DES MOTARDS

Fédération Française des Motards en Colère

En ce moment vous discutez de

Voir tous les débats de Motomag


Articles les plus lus

Thèmes les plus populaires

1937/1937
1785/1937
1435/1937
1343/1937
1242/1937
753/1937
707/1937
678/1937
573/1937
568/1937
555/1937
546/1937
497/1937
464/1937
356/1937
340/1937
318/1937
313/1937
306/1937
303/1937
277/1937
274/1937
233/1937
213/1937
motomag.com
Essais

BMW Les R 1100 (R/GS/RT/RS)
 Bilan occasion  

 

1993-1999

Catégorie

Routière / GT
Roadster

Cylindrée

1001 et plus
BMW Les R 1100 (R/GS/RT/RS)

Dès son arrivée, le nouveau Flat-twin BMW à quatre soupapes par cylindre s’est imposé à ses glorieux ainés. La rigueur et la vivacité de la machine sont inconnus dans la catégorie. Mais quelques problèmes mécaniques sont venus entacher la réputation de fiabilité de la marque. D’occasion, les R 1100 ne faillissent pas à l’image de marque et se négocient chèrement.

Suite de l'article >>>

Pour Contre
+ Maniabilité hors pair - Boîte désagréable
+ Moteur expansif - Phare peu efficace
+ Fiabilité de la partie cycle - Pas de place pour le U
EN IMAGES




Commentez l'article (12 commentaires)

Salut a tous ma R1100R broute légéremnt et lache de temp en temp une perle a la déccélération a vitesse constante il y a comme des petits trou c’est grave docteur ???

Dernière petite annonce BMW

Voir LA COTE

VOTRE DEVIS D'ASSURANCE EN LIGNELe tarif de l'Assurance Mutuelle des Motards

Consulter aussi

- Occasion BMW R 1100/1150 R (1994-2006)
- Occasion BMW R 1100 R (1994-2000)
- Occasion BMW Les R 1100 (R/GS/RT/RS) (1993-1999)
- Essai solo BMW R 1150 R (2001)
- Essai solo BMW R 1100 R attelé avec un side Dedône

Dans nos éditions

En savoir plus sur les BMW encore plus anciennes avec Motoscopie N°10 : les flats-twins classiques (1969 à 1994)
- Commandez en ligne le livre de la saga des flat-twins BMW de 1923 à 2007

Points à surveiller en occasion

- Certains modèles ont souffert de problèmes de boîte de vitesses. Le pignon de cinquième de l’arbre secondaire est épris de liberté. Il lui arrive de casser ou de se désolidariser de son axe. Sur le plan mécanique, la tradition germanique est respectée. Le moteur et le pont sont imputrescibles, pour autant que l’entretien ait été suivi attentivement. Le seul soucis vient de l’injection qui, tantôt se dérègle, tantôt tombe en carafe totale. Dans le premier cas, il s’agit simplement d’un défaut de synchronisation des injecteurs, le réglage étant instable. Dans le cas d’une rupture d’alimentation, le préjudice est plus lourd, puisque c’est le boîtier électronique qu’il faut remplacer (corrigé en 96).
- Instrumentation : l’adjonction des options BMW (montre, compte-tours...) entraîne parfois des problèmes d’étanchéité. Assurez-vous que voyants, compteur, fonctionnent.
- Cardan : les premiers modèles (94-95) sont victimes d’une fuite d’huile chronique du cardan. L’intervention pour éviter cet avarie est simplissime. Il suffit de percer un petit trou dans le carter pour permettre les remontées d’huile sur l’arbre. Assurez vous que cette modification a été effectuée.
- Boîte : à la recherche de la 5e... Vérifiez que le pignon est bien là, et qu’il n’y a pas de point dur entre la 4e et la 5e. En revanche, la rugosité de maniement est d’origine.
- Fuites : attention aux joints de culasse qui ont claqué. Traquez la mayonnaise dans l’huile ou les traces d’oxydation sur les alliages.

Tags

BMW - Essais
Tip A Friend  Envoyer par email   Afficher une version imprimable de cet article Imprimer  

En 1993, BMW présente le Flat du futur, d’abord en version "RS" équipée d’un petit carénage tête de fourche et "GS" (Trail), puis en 1994 apparaît la "R" (Roadster). Il faut attendre 1995 pour que la "RT" grand tourisme prenne la relève des derniers vieux Flats.

La partie cycle fait appel à des techniques d’avant garde, avec une partie avant en aluminium coulée, fixée au groupe propulseur qui devient porteur, et un train avant "Telelever" inédit. Celui-ci concilie le principe du bras oscillant avec amortisseur et les fourreaux télescopiques de la fourche traditionnelle. Avec la R 1100, BMW signe aussi la première grosse cylindrée équipée d’un système de hauteur de selle et de commandes réglables.

Un Flat béhéme aussi encanaillé que le boxer, c’est du jamais vu ! Installé dans une partie cycle aussi rigoureuse que légère, il fait de la machine un fabuleux engin à arsouille, très à l’aise dès que le pilote hausse le ton. Si les 80 cv paraissent un peu limite à certains, c’est qu’il y a moyen de les exploiter jusqu’au dernier ! Le train avant s’avère remarquable de précision et assure un guidage parfait de la machine, même lors des brusques changements d’angle. Un comportement d’authentique sportive. Le freinage n’est pas en reste et les puissantes pinces Brembo (avant et arrière) qui coiffent les disques énormes (ø 305 mm) ne perdent jamais un centième d’efficacité. Pour ne rien gâcher, le centre de gravité très bien situé (bas) confère à la R 1100 une maniabilité inédite pour une moto de cette cylindrée.

Décrié par les possesseurs de R 1100, qui sont plutôt gros rouleurs, le faisceau de phare manque de puissance. La qualité de l’optique est responsable de cette défaillance, puisque le montage d’ampoules plus puissantes n’apporte aucune amélioration. L’instrumentation dépouillée à l’extrême jusqu’en 97, n’était pas du goût de tout le monde. Cela obligeait à y remédier par le recours aux options, hors de prix, de la marque. Ceux qui ont équipé leur machine de sacoches BMW sont surpris par leur largeur qui augmente l’encombrement de l’engin. Détail gênant sur une telle moto : aucune place pour permettre de ranger le U (Abus, c’est bien une marque allemande ?). Le bruit est jugé très fade et la boîte de vitesses est désagréable au maniement, surtout en ville. Enfin, le voyant de réserve alarmiste énerve les possesseurs du Boxer.

 - 31/07/1996

Nos derniers articles

Kymco Xciting 400i : le plus « sportif » des moyennes cylindrées

Dans sa catégorie, ce scooter taiwanais Kymco offre des performances dynamiques dignes de ses concurrents. Il doit cependant mieux faire en terme de protection et de rangement

Morini 501 Excalibur : routier mais délaissé !

La Moto-Morini 501 Excalibur, bonne routière par ses qualités dynamiques et son confort n’a pas connu le succès qu’elle aurait mérité.

Honda CB 650 F : un roadster posé

Nouveau 4-cylindres, châssis inédit, la CB 650 F devient le porte-étendard de la gamme roadster moyenne cylindrée chez Honda. Facile et agile, cette moto manque pourtant un peu de piquant.

Rieju City Line 300 : l’alternative espagnole

Spécialisée dans les petits cubes et la moto 125, la firme espagnole Rieju se lance désormais sur le marché du scooter GT. Dans sa nouvelle gamme, un 300 cm3 baptisé City Line, d’origine italienne, revu aux standards catalans : olé olé !

Triumph 1700 Thunderbird LT : pas encore du tonnerre

Pensée pour le voyage, la Triumph 1700 Thunderbird « LT », pour « Light Touring » assume bien son rôle. Mais dans un confort qui confine presque à l’ennui, par manque de sensations mécaniques.

Nous suivre sur
le web