Place aux Superbikes !

Les Superbikes étaient cette année à l’honneur, avec notamment une manche du championnat allemand de CSBK Masters Series, où l’on pouvait assister à de très belles luttes dans l’esprit des championnats américains. Une parade des champions était l’occasion d’applaudir Freddie Spencer, Doug Polen, Steve Baker, Dieter Braun, Raymond Roche, Phil Read, Jim Redman, Mick Grant, Luigi Taveri… et bien d’autres totalisant 28 titres de champions du monde.

Mais l’événement phare fut sans contexte les 4 Heures de Spa Classic. Une épreuve courues entre autres par des équipes de pointes, comme l’équipage français de Moto Bel, venu avec une Guzzi super préparée, la star locale Stephane Mertens (sur une Honda Dholda ) et également une armada de Kawasaki Godier-Genoud et de Laverda hollandaises. Les pilotes se prenant a jeu, on n’assista pas à une simple démonstration, les ex-champions mettant du « gros gaz ». Au grand bonheur des nostalgiques et autres amoureux de la compétition.

4H de Spa Classic : 75 équipages en course

Le départ, du type « Le Mans » (partant d’un côté de la piste, les pilotes courent vers leur moto), était donné à 20h30 pour 75 équipages. La Kawasaki Performance n°2 de Haquin/Dieuleveut faisait le hole shot, pendant que l’ancien champion du monde Stephane Mertens se retrouvait en queue de peloton suite à un départ médiocre. Au bout de 3 tours, Charles Artigues, sur la Guzzi Le Mans 3 de Moto Bel, prenait la direction de la course de manière magistrale, bien décidé à rééditer sa victoire de l’an passé.

Pendant ce temps le Belge Stephane Mertens, sur sa Honda, effectuait une remontée régulière vers le haut du classement. Il fut aidé en cela par la sortie du pace car, après une demi-heure de course, afin de permettre de nettoyer la piste après qu’une Laverda y avait laissé une traînée d’huile. Mertens remontait régulièrement sur la Guzzi des Français ayant effectué un arrêt aux stands à cause d’un problème de connexion de batterie.

La course se joue aux stands

À trente minute du drapeau à damier, le champion belge caracolait en tête devant la Kawasaki de Kaiser-Heiler et la Guzzi de Moto Bel, à une minute. Cependant, la Dholda de l’équipage local devait faire un double arrêt au stand pour ravitailler et résoudre un problème de bouchon de réservoir. La Kawasaki en profitait alors pour prendre le commandement. Mais poussé par le retour de Stéphane Mertens, à dix minutes de la fin de la course, le pilote de la Kawasaki chuta et abandonna. Ensuite la Kawasaki de Linden-Brasher passait la Guzzi de Charles Artigues/Sleurs, qui se retrouvait néanmoins assurée de la 3° place sur le podium.

Mais, ultime rebondissement, à l’entrée de la ligne droite des stands et à la vue du drapeau à damier, la machine se retrouva en panne d’allumage. Plutôt que terminer en roue libre, le pilote fit l’erreur de prendre le chemin de son stand et se retrouva alors déclassé au profit de l’équipage italien Sardi/Zaccarelli… sur une autre Moto Guzzi. L’honneur était sauf pour les machines de Mandello ! La prochaine édition des Bikers’ Classic aura lieu les 5, 6 et 7 juillet 2013.

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité