En vidéo

Chargement du lecteur...

Colloque FFMC : le vol moto

Il suffit de deux minutes pour casser un bloc disque, une chaîne ou un U de mauvaise qualité, puis d’embarquer la moto dans une camionnette. D’où la nécessité de disposer de bons antivols.
- C’est précisément la tâche de la Commission qui s’évertue depuis dix ans à tester, à coups de masse ou à grand renfort de perceuses, tous les produits du marché. En relation avec l’AFNOR qui délivre le label NF (normes françaises), la Commission Stop Vol certifie les antivols qui ont réussi les épreuves du test (retrouvez la liste sur motomag.com).
- Enfin, la Commission édite une plaquette « Ras le vol » qui est une mine de conseils et de renseignement pour protéger sa moto.

Le marché parallèle des pièces détachées alimente également un important trafic. Alexandre Kowalski (Yamaha France) reconnaît que le prix des pièces détachées (au total, deux fois le prix d’une moto neuve !) est élevé par rapport à l’automobile parce que le parc des 2RM est beaucoup moins important que celui des 4-roues.
- Les efforts du constructeur, qui détient la palme du vol avec son 500 T-Max, portent donc de plus en plus sur la protection : anneau cémenté, emplacement de U sous la selle ainsi que des systèmes plus sophistiqués comme des transpondeurs électronique ou anti-démarrage. « Toutefois, précise-t-il, le vol est quasiment inconnu au Japon.
- C’est la raison pour laquelle, nous importateurs, nous nous efforçons de sensibiliser les ingénieurs japonais à ce phénomène. »

Publicité

Commentaire (1)

Infos en plus
Publicité