Champion de France de dragster
Plus loin, on retrouve le champion de France de dragster en catégorie « Super street twin bicylindre », Joël Aurélie (photo). À 34 ans, ce mécanicien valentinois raconte avec sérénité son délire : passer de 0 à 230 km/h en 10 secondes au guidon de sa Harley préparée par un sorcier hollandais… À voir le 20 juillet prochain au Castellet.

LA FFUM t’enfume !
Derrière son stand rempli de Buell « turbo-chargées » et à bras oscillant rallongé, un attroupement se crée autour de la FFUM, comprenez Fédération Française d’Uni Motocycle. Refusés par la FFM alors qu’ils cherchaient à organiser des courses sur leurs engins déconcertants, ces amis du Creusot (71) ont fini par créer leur propre fédération. Leur plaisir : piloter des motos amputées de la roue avant dans les champs, façon course de dragster. Un sport où les Russes et les Belges excellent, nous explique Mr Remont, le président, qui donne rendez-vous le 31 mai 2013 pour le grand prix de France au Creusot (71).

Jean-Pierre Goy aux commandes
11h sonne, et la foule se dirige vers l’espace Animation, où le cascadeur Jean-Pierre Goy fait déjà vrombir ses gros trails ! Embardées toutes en glisse, la doublure de Batman, James Bond et Jason Bourne donne tout au public, et tentera même d’écraser les testicules de votre serviteur pour la réalisation d’une photo prise en plein show (lien). Inoubliable ! S’en suivent des matchs de motoball et des démonstrations de trial freestyle égayantes.

Les 20 meilleurs stunters européens
Le clou de ce salon, et ce qui méritait à lui seul le déplacement à Lyon, est sans aucun doute la compétition organisée par le stunter lyonnais Julien Welsh. Ce pilote, reconnu comme l’un des meilleurs stunters français, est parvenu à rassembler 20 riders européens pour une joute motarde extrêmement bien orchestrée.

Oubliez les rupteurs à gogo ou le burn jusqu’à éclatement du pneu, la discipline a acquis dernièrement une sacrée maturité et les évolutions de type « pinder » (en cercle à base vitesse, comme au cirque) ou en drift (en dérapage à l’accélération) de ces athlètes équilibristes éveillent un indéniable respect. Parmi ces pilotes, on a adoré la prestation d’Anthony Bessirard de Chartres, qui parvient à monter avec agilité au sommet de sa machine en wheeling (photo), de l’anglais Lee Bowers qui roule carrément la tête sur la selle (photo), de Big Jim de Lyon qui n’a pratiquement pas posé la roue avant pendant son run et enfin, du sympathique Romain Jeandrot de Vierzon qui fait bondir sa moto comme un BMX. « C’est très facile, il suffit de mettre un p’tit coup d’embrayage et de bien serrer les jambes », conclue-t-il. Mais c’est le Français Guillaume Gleyo, dit Guy Guy, qui remporte l’événement. Sur sa Kawasaki, il aura donné, à lui seul, l’ envie de faire de la moto au tout Lyon.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité