Depuis le 3 juillet 2009, le premier radar feu rouge est en fonction dans dans le 7e arrondissement de Lyon. Le système fonctionne à la perfection, peut-être trop même... Le radar peut flasher l’usager de la route même s’il ne grille pas le feu, le système utilisant un procédé extrêmement précis, qui dans le quotidien urbain pourrait s’avérer abusif.

Souplesse automatique ?
La boite équipée du flash est reliée à des détecteurs placés sur la chaussée, très précisément sur la “ligne d’arrêt de feu” marquée au sol. Il suffit que le véhicule se soit arrêté quelques centimètres trop loin pour déclencher le système. Même s’il s’est bien arrêté "au rouge", le radar comprend que l’usager a grillé le feu.

Légalement, le dépassement de cette ligne est considéré comme une infraction, mais au quotidien, cette règle impose un peu de souplesse. A priori une des raisons pour lesquelles une seconde photo est prise, pour s’assurer de la réalité de l’infraction.

Les jours à venir devraient donc confirmer que les conducteurs "flashés arrêtés" n’ont pas été considérés comme ayant grillé le feu. Dans le cas contraire, ils devront s’acquitter de 135 euros d’amende et perdre quatre points sur leur permis.

Rappelons que 150 radars de ce type devraient être installés dans l’année 2009.

Publicité
Publicité