Espace abonné

NOUS SUIVRE SUR LE WEB

flux RSS Motomag Nous suivre sur Facebook Twitter avec Motomag Google+ avec Motomag Chaîne YouTube Motomag

Abonnement et réabonnement à Moto Magazine et ses Hors-Séries

RECEVEZ LA NEWSLETTER

Etapes et hébergements Moto Magazine

 Petites annonces 

Questionnaire occasion

Promo Boutique

Vos blogs

Créer un blog


Casque d’âne

ANNUAIRE DES MOTARDS

Fédération Française des Motards en Colère

En ce moment vous discutez de

Voir tous les débats de Motomag


Articles les plus lus

Thèmes les plus populaires

1937/1937
1785/1937
1435/1937
1343/1937
1242/1937
753/1937
707/1937
678/1937
573/1937
567/1937
555/1937
546/1937
497/1937
464/1937
356/1937
340/1937
318/1937
313/1937
306/1937
303/1937
277/1937
274/1937
233/1937
213/1937
motomag.com
Défense de la moto

Formation 125 : le point sur la réforme du 1er janvier 2011

Depuis le 1er janvier 2011, les personnes souhaitant rouler en 125 cm3 ou en tricycle de catégorie L5e doivent passer une formation de 7 heures. Qui est concerné ? Quelles sont les modalités d’application du nouveau décret ? Moto Mag revient sur ce sujet chaud de début d’année.

 
 
Formation 125 : le point sur la réforme du 1er janvier 2011

Pas exactement pour tout le monde

Depuis le 1er janvier 2011, tous les possesseurs d’un permis B d’au moins deux ans qui souhaitent circuler en deux-roues de 125 cm3 ou en tricycle (catégorie L5e) doivent obligatoirement suivre une formation d’une durée de sept heures. Seuls les conducteurs pouvant justifier d’une pratique de la conduite au cours des cinq années précédant le 1er janvier 2011 en sont dispensés. Aucune durée minimale n’est requise, mais elle doit avoir eu lieu après le 31 décembre 2005.

Ces derniers doivent pouvoir présenter une attestation délivrée par leur assureur (un «  relevé d’informations  ») en cas de contrôle. Sur ce relevé d’informations doit impérativement figurer le nom du conducteur de la machine. Les personnes ayant conduit un véhicule assuré au nom d’une société ou les seconds conducteurs de véhicule dont le nom n’apparaît pas sur le contrat d’assurance se retrouvent donc sur le carreau.

Les usagers qui auront suivi la formation de 7 heures se verront quant à eux remettre une attestation par leur école de conduite à présenter en plus de leur permis B à chaque contrôle.

Suite de l'article >>>

EN IMAGES

Commentez l'article (15 commentaires)

salut jai ete assure pour un 50 doige faire la formation pour une 125 merci

Contenu officiel des 7 heures de formation

« Programme de formation de sept heures pour la conduite des motocyclettes légères et des véhicules de la catégorie L5e par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire » (annexe de l’arrêté d’application du 17-12-2010 publié au Journal officiel le 24-12-2010).

Pour chacun des thèmes suivants, le formateur devra insister sur l’importance :
– du respect de la règle ;
– de la prise d’information et de la communication ;
– de la prise de conscience des risques ;
– de l’influence des pressions extérieures sur le comportement (environnement social...) ;
– du partage de la route avec les autres usagers (notamment avec les usagers vulnérables) ;
– du respect des autres usagers et d’une attitude courtoise au guidon ;
– d’une conduite économique et respectueuse de l’environnement.

Module théorique (deux heures)

L’objectif de cette phase formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e :
– d’analyser les accidents les plus caractéristiques impliquant ces types de véhicules ;
– d’appréhender les situations délicates d’utilisation de ces véhicules, comme par exemple : de conduire sous la pluie, de circuler de nuit ;
– d’anticiper et détecter les dangers ;
– de savoir se rendre détectable ;
– d’être sensibilisé à l’importance de s’équiper de vêtements protecteurs (casque à la bonne taille et attaché, gants, pantalon, blouson avec dorsale, chaussures montantes) ;
– d’être conscient du rôle de l’infrastructure routière sur les accidents des deux-roues et trois-roues ;
– de connaître les risques concernant l’adhérence : gasoil, peintures et plaques métalliques au sol, ralentisseurs, gravillons... ;
– de connaître les conséquences physiques et physiologiques des chocs sur les équipements de la route, même à basse vitesse.

Module hors circulation (deux heures)

L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :
– découvrir le véhicule et d’effectuer les vérifications indispensables (huile, pression et usure des pneumatiques, poignée de gaz, système de freinage) ;
– démarrer et s’arrêter ;
– position de conduite ;
– équilibre et répartition du poids du corps ;
– monter et rétrograder les vitesses (le cas échéant) ;
– savoir freiner à allure faible (répartition du freinage entre l’avant et l’arrière) ;
– appréhender les manœuvres de freinage et d’évitement ;
– tourner, en inclinant le véhicule (le cas échéant) ;
– importance du regard ;
– tenir l’équilibre à allure lente et normale en fonction des caractéristiques du véhicule ;
– avec et sans passager ;
– en ligne droite et en virage.

Module en circulation (trois heures)

Cette partie en circulation se fera en et hors agglomération. L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :
– rechercher les indices utiles ;
– adapter sa vitesse aux situations – respecter les distances de sécurité latérales et longitudinales ;
– choisir la voie de circulation ;
– se placer sur la chaussée en fonction des autres véhicules, connaître et prendre en compte les spécificités des véhicules lourds (angles morts) ;
– franchir les différents types d’intersections et y changer de direction ;
– dépasser en sécurité (phénomène d’aspiration – accélération d’une motocyclette et d’un véhicule de la catégorie L5e) ;
– négocier un virage.

Plus d’info sur le site de la DSCR : cliquez ici

Tags

Défense de la moto - Débuter - Sécurité - scooter
Tip A Friend  Envoyer par email   Afficher une version imprimable de cet article Imprimer

Un contenu allongé de 4 heures
Exit donc, la formation de 3 heures réservée aux possesseurs d’un permis B obtenu après le 1er janvier 2007. Dorénavant, les auto-écoles devront proposer 7 heures de formation, organisées comme ceci : 2 heures de théorie, 2 heures de plateau et 3 heures en circulation.

Les deux premières heures comprennent une analyse des accidents les plus caractéristiques impliquant les motocyclettes légères et les tricycles à moteur, ainsi que des conseils permettant d’appréhender les pièges de la route (conduite sous la pluie ou de nuit).
Les 2 heures de pratique hors circulation sont consacrées à la prise en main du véhicule et aux vérifications indispensables, tandis que les 3 dernières heures en circulation mettent l’accent sur le placement sur la chaussée, la prise en compte des angles mort et les franchissements d’intersection (cf. encadré formation).

300 euros de formation, 135 euros d’amende
Le coût de cette nouvelle formation se situe aujourd’hui aux alentours des 300 euros. Un tarif à surveiller : en fonction de la demande et de l’appétit des auto-écoles, il pourrait bien grimper malgré les consignes d’harmonisation. En cas de non-respect de la loi, le conducteur sera passible d’une amende de 4e classe (135 €, suppression de 3 points). Enfin, en cas d’invalidation ou d’annulation du permis de conduire, cette formation restera acquise.

Quand la passer ?
Pour prétendre à cette formation, il faut avoir obtenu le permis B depuis au moins deux ans. Néanmoins, elle peut être suivie un mois avant la date anniversaire des 2 ans d’obtention de la catégorie B du permis de conduire.

Le véhicule de votre choix ?
Dorénavant, ces leçons peuvent être dispensées sur une moto ou un scooter de la catégorie motocyclette légère ou encore sur un véhicule de la catégorie L5e (MP3 LT ou Can-Am Spyder). Si on imagine mal les auto-écoles s’équiper de chacun de ces véhicules, l’offre devrait s’étoffer avec le temps.

Une attestation en plastique
La carte remise par l’établissement de formation est une simple feuille plastifiée au format 10,6 cm de largeur et 6,3 cm de hauteur. Sur le recto figurent les nom, prénom, date et lieu de naissance, la date d’obtention et le numéro du permis B ainsi qu’une photo du titulaire et sa signature. Sur le verso on trouvera les renseignements concernant l’établissement de formation ainsi que son cachet.

L’avis de France Wolf, membre du Bureau national de la FFMC, gérante d’une école de conduite

 Un bon signe  !

« Dans la mesure où la formation de tous les usagers est l’une de ses revendications depuis nombre d’années, la FFMC ne peut que se féliciter de cette décision. Au lieu de nous imposer un “examen”, ou de nous parler d’interdiction ou encore de répression, le gouvernement a choisi la voie de la formation  : c’est un bon signe. Ce qui compte vraiment pour les futurs usagers, c’est de trouver une école de conduite capable de leur donner les bonnes informations pour leur sécurité… De notre côté, nous sommes déjà opérationnels, puisque nous proposons, à l’initiative de la Mutuelle des Motards, des formations spécifiques “prise en main” de 10 heures depuis des années via les établissements agréés par l’AFDM. »

L’avis de Luc Forestier, représentant du CNPA (Conseil national des professionnels de l’automobile) branche deux-roues.

Pas d’accidentologie

«  Rappelons tout de même que l’accidentologie 125 cm3 et MP3 est minime. Il est donc dommage d’imposer une formation à une certaine catégorie d’usagers alors que nous sommes “tous responsables”, comme le rappelle si bien la Sécurité routière. Certes, la formation sera bénéfique à ceux qui la suivront, mais le marché du deux-roues risque d’en être fortement pénalisé. »

L’avis de Federico Musi, directeur général de Piaggio France

L’intégration des tricycles est logique

« Cette formation peut freiner les personnes les plus modestes, qui devront cumuler le coût de celle-ci à l’achat du scooter, aux frais d’équipement et d’assurance… Mais l’intégration des tricycles L5e dans la nouvelle réglementation est logique, puisque cette catégorie est également une équivalence au permis automobile B. Dès le lancement du MP3, nous avions développé un programme de formation spécifique. Cela nous a permis de constater que beaucoup d’usagers novices ont eu la démarche de se former. »

François Barrois - 17/01/2011

Nos derniers articles

Manifestations FFMC : la réponse de la Sécurité routière

Nous avons demandé au nouveau délégué du gouvernement à la Sécurité routière, Jean-Robert Lopez, de commenter la forte mobilisation contre l’inflation sécuritaire du 12 avril dernier, derrière la FFMC. Voici les réponses.

Manifestations FFMC : le symptôme d’une mesure impopulaire

Le 12 avril 2014, plus de 60.000 conducteurs ont manifesté, en France, contre la limitation à 80 km/h des départementales. La FFMC maintenant va défendre le « non » devant les instances de sécurité routière.

Manifestation anti-inflation sécuritaire : la FFMC 66 ouvre le bal

Première salve d’une vaste mobilisation des conducteurs, près de 400 motards ont défilé à Perpignan, à l’appel de l’antenne FFMC 66, le 5 avril. Objectif, protester contre l’inflation sécuritaire programmée par le gouvernement.

Radars : de redoutables innovations technologiques en gestation

Le nombre de radars en France devrait se stabiliser à 4.200. Mais l’objectif est d’améliorer l’efficacité des appareils en fonctionnement. Pour cela, les fabricants rivalisent d’ingéniosité…

Manifestation du 12 avril : les associations d’automobilistes avec la FFMC

Les associations d’automobilistes appellent à la mobilisation dans le cadre de la manifestation nationale de la FFMC des 12 et 13 avril prochains, destinée à protester contre l’inflation sécuritaire. Une mobilisation conjointe, qui implique une organisation spécifique…

Nous suivre sur
le web