En images

Rossi et Burgess Rossi, alias « Il Dottore »

Ishiro Yoda le créateur de la M1 le confirme « Cela va au delà de ce que j’imaginais ! ».

Dans ce domaine le jeune italien (25 ans) étale sa supériorité vis à vis de ses adversaires, Max Biaggi,Carlos Checa, Alex Barros, Shynia Nakano et...Olivier Jacque qui ont été pilotes officiels de la marque aux diapasons en 2002 et 2003. Aucun d’entre eux n’a été capable de faire progresser cette machine.

Mais Valentino Rossi n’est pas seul dans cette affaire là. En effet en quittant Honda il a emmené avec lui son chef mécanicien, Jeremy Burgess et une partie du team avec lequel il a l’habitude de travailler.

Autre clef de ce succès, la volonté de Yamaha de voir briller rapidement leur nouvelle recrue. Dans ce but, le service course a été profondément remanié et de nouvelles solutions techniques plus simples et plus éprouvées (abandon de l¹alimentation à 5 soupapes) ont contribué à faire de la Yamaha M1 une nouvelle machine à gagner.

Enfin des moyens conséquents ont été mis en place par le service course de Yamaha, puisque pas moins de 100 personnes se consacrent au développement de cette machine, dont la moitié est directement engagée en Grand Prix.
Le contrat de Valentino, est bien entendu à la hauteur de ses prétentions et de son savoir faire, puisque l’on parle d’un contrat de 10 millions d’Euros par an, sur deux ans.

Pilote d’exception

- Valentino Rossi est un pilote d’exception, qui peut désormais en douter ? On pouvait mettre son écrasante supériorité de ses deux dernières années, par l’avance prise par Honda sur les moteurs de course quatre temps.

Mais cette année, ces principaux adversaires bénéficient eux de l’arme redoutable et sont équipés de la Honda RCV 211 V : Max Biaggi et Alex Barros. Le Brésilien n’est pas loin de l’humiliation, car il a fait des pieds et des mains pour casser son contrat qui le liait encore pendant un an chez Yamaha, pour passer chez Honda. Résultat ? A la première course, il termine quatrième à 18 secondes de Rossi !

Dans le camp Yamaha, les autres pilotes sont également à la peine, puisque Norick Abe et Marco Mélandri, qui ont été recrutés à la place d’Olivier Jacque et Alex Barros, terminent 9ème et 10ème à 36 secondes de leur chef de file. Ce n’est pas un écart, c’est un gouffre !

Au passage, Valentino Rossi fait la nique à Honda, puisque le responsable de la firme avait déclaré haut et fort, qu’il n’avait pas besoin de Rossi pour gagner. Cherchez l’erreur.

Seul

- Il ne faut tout de même pas en conclure que les jeux sont faits puisque la saison est encore longue. Masao Furusawa, directeur de recherche de Yamaha, « Un pilote exceptionnel est venu chez Yamaha et je veux le remercier lui et son équipe. (...) Valentino est vraiment un génie au guidon de la moto. Nous avons seulement travaillé 3 mois avec lui cet hiver, et nous avons atteint notre premier but, mais maintenant il nous reste 15 autres objectifs à accomplir ».

De plus Valentino Rossi semble bien seul au sein de Yamaha. « Même si Rossi fait 95% des résultats Yamaha, il aura besoin de co-équipiers, face à l’armada Honda. Rossi court pour gagner, nous, nous travaillons pour le futur de la firme » analyse Hervé Poncharal le team manager de Tech 3, le team satellite officiel de Yamaha.

Thierry Leconte avec Yannick Leverd

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité