En images

Remontée de file : le préfet Guyot favorable

Mais la reflexion porte aussi sur une obligation du port d’équipements de sécurité pour circuler sur un 2-roues motorisé (2RM) en France.

Avis avant décision politique.
À l’issue des discussions, la commission 2-roues du CNSR délivrera un avis sur ces deux points, avis sur lequel se basera le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avant de prendre les décisions politiques liées à la sécurité et à la circulation des 2RM.

Documents fondamentaux.
Les deux rapports du préfet Guyot sont donc des documents essentiels, dont le contenu devrait dessiner les grands traits de la politique moto du ministère de l’Intérieur dans les mois à venir.

« Reconnaître, encadrer et enseigner l’interfile ».
En ce qui concerne l’interfile, la légalisation est préconisée. Le premier rapport dit en substance : « Cette circulation inter-files, en progression constante dans les grandes aires urbaines, est aujourd’hui tolérée de fait. Il paraît peu réaliste, politiquement, psychologiquement et pratiquement, de revenir en arrière mais il n’est pas plus envisageable de rester durablement dans cette situation juridiquement confuse. Au terme de la réflexion conduite avec le groupe de travail, il paraît possible, et même préférable, de la reconnaître, l’encadrer et l’enseigner. L’analyse accidentologique comme celle de l’accidentalité montrent en effet qu’à certaines conditions elle peut être assez bien sécurisée sur certaines infrastructures. »

Des motards contents !
Une préconisation qui réjouit la FFMC. « Au début, le préfet nous prenait pour des extra-terrestres et au fil des discussions, il a évolué », explique Eric Thiollier, délégué général de la FFMC. « C’est le triomphe du bon sens. Ce rapport arrive au bon moment. Il reste maintenant au CNSR à l’adopter, ou à en extraire des recommandations. »

Rendre les gants obligatoires.
Le dossier de l’équipement de protection individuel (EPI) des motards semble plus complexe. En tous les cas, la préconisation du préfet Guyot, l’est. Les autorités aimeraient voir tous les motards rouler avec une carrosserie ou, à défaut d’une carrosserie automobile, avec des équipements renforcés, qui contribueraient à réduire les risques de blessure et de décès en cas d’accident. C’est difficile, à cause du niveau disparate de qualité, de respect des normes, du matériel proposé à la vente.

Communication.
Le préfet préconise, dans ce contexte, une campagne de communication destinée à sensibiliser les conducteurs aux port des équipements de protection individuels (EPI) qu’il convient : casque déjà obligatoire, mais aussi blouson et bottes adaptés. Il énonce déjà, très clairement, l’idée de rendre obligatoire le port de gants normés. Les représentants des conducteurs font la moue. « Nous ne sommes pas favorables à une obligation, commente la FFMC. Plutôt à des incitations, notamment sur le plan fiscal (TVA réduite, par exemple) ».

Décisions en mai ou juin prochain.
Dans les prochaines semaines, le débat au sein de la commission 2-roues du CNSR promet d’être plus vif sur l’obligation de rouler équipé, et avec quel niveau d’équipement, que sur la légalisation de la circulation interfile, qui semble être une évidence.

Une fois l’avis du Conseil émis, les décisions politiques ne viendront pas avant quelques mois : le CNSR se réunit au complet le 13 février 2013, mais statuera sur les mesures concernant auto et moto que sont l’éthylotest obligatoire et de la ré-installation de panneaux fixes indiquant les radars automatiques. « Les premières décisions concernant les 2RM devraient être prises en mai ou juin prochain », a annoncé Armand Jung, le président de ce Conseil, le 24 janvier dernier.

Publicité
Infos en plus
Publicité