En images

Voie réservée aux bus et taxis sur l’A1 : le panneau provisoire de 2009 Voie réservée aux bus et taxis sur l’A1 : vidéosurveillance et flashs Voie réservée aux bus et taxis sur l’A1 : le conflit avec l’interfile des motos Voie réservée sur l’A1 : un panneau déjà connu

C’est acquis, la voie de circulation réservée aux bus et taxis, sur l’autoroute A1 entre l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle et Paris (Seine-Saint-Denis), ouvrira le 29 avril à 7h30. La Fédération française des motards en colère (FFMC) dénonce une mesure dangereuse pour les motards.

Jours ouvrés
Dans le sens Roissy-Paris, sur un tronçon de 5 km entre la liaison A1-A86 et le viaduc de franchissement de l’A1 par l’A86 (juste avant le tunnel du Landy), la voie la plus à gauche de la chaussée autoroutière sera réservée aux bus et aux taxis automobiles, le matin entre 6h30 et 10h, hors week-ends, jours fériés et vacances scolaires.

135 € d’amende !
L’activation du dispositif sera signalée par des panneaux lumineux et un portique indiquant une croix rouge ou une flèche verte. Les conducteurs des véhicules non autorisés, repérés par le système de vidéosurveillance, risqueront un PV de 135 €.

Aux mêmes horaires, la voie de droite du périphérique extérieur, aux abords de la porte de la Chapelle, sera elle aussi réservée aux bus et taxis. Les contrevenants risqueront une amende de 35 €.

Cet aménagement, cofinancé à parts égales par l’État et la région Ile-de-France, représente un coût de 5 millions d’euros, d’après le quotidien Le Parisien.

Écologistes et taxis à l’unisson
Officiellement, il répond à une double problématique, fluidifier la circulation des véhicules transportant des passagers entre l’aéroport de Roissy et la capitale, et faciliter le transport par bus des habitants et salariés de la grande couronne vers Paris.

« Par rapport à d’autres métropoles comme Madrid, l’Ile-de-France était à la traîne en matière de voies dédiées aux bus », explique Pierre Serne, vice-président chargé des Transports à la région. « Cela fait plus de dix ans que ce projet est à l’étude. Cela prouve que la patience et la pugnacité finissent par payer », a déclaré cet élu du parti Europe écologie les Verts (EELV) au Parisien.

Officieusement, ce dispositif a le mérite de satisfaire les écologistes, qui veulent plus de transports en commun, mais aussi les chauffeurs de taxi, malmenés par la concurrence des transporteurs de personnes sur réservation en auto ou à moto, et coincés dans les bouchons. Ces derniers n’auront pas le droit de circuler sur la voie réservée.

Motards en colère et automobilistes en bouchon
Mais cette voie réservée va aussi faire beaucoup de mécontents, notamment les usagers à moto, qui circulent entre les files lorsque l’A1 est congestionnée aux abords de Paris. La FFMC dénonce « une mesure dangereuse, contraire aux impératifs de mobilité et de partage de la route ».

Conflit avec l’interfile
« Cette voie dédiée entre en conflit avec une autre expérimentation décidée au sein du Conseil national de sécurité routière (CNSR), sur la circulation interfile des deux-roues motorisés (2RM) dans les embouteillages, dont la mise en œuvre a été annoncée par une circulaire du 22 décembre 2014 », déclare la FFMC dans un communiqué.

« Ces deux mesures conjuguées amèneront les motos à se faire doubler par des taxis et des bus, alors que sur chaque voie on circulera à une vitesse différente. Aucune marge de manœuvre ne sera tolérée car, en cas de problème, le véhicule non autorisé sur la voie réservée sera immédiatement flashé, même dans le cas d’un évitement classique. A la clé, une amende de 135 euros… Les pouvoirs publics promettent, la main sur le cœur, que les infractions seront regardées au cas par cas avec un discernement des robots verbalisateurs du centre de Rennes ». La FFMC n’y croit pas beaucoup, à ce « discernement »…

Saturation
« Sur un plan plus général, ce sont tous les usagers autres que ceux des transports en commun et des taxis qui subiront cette décision. En effet, la saturation prévisible de l’A1 et de tous les axes aux abords de la capitale allongera considérablement les temps de trajets », conclut la FFMC.

Et ce n’est qu’un début : il est prévu de mettre en place un dispositif similaire sur l’autoroute A6 au sud de Paris, vers l’aéroport d’Orly. D’autres voies rapides urbaines, en Province, pourraient être également concernées.

Dans la boutique motomag :
- Soutenez la FFMC en portant ses couleurs (T-shirt, Pin’s, Stickers…)

Publicité
Publicité